Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 octobre 2007 4 11 /10 /octobre /2007 16:04
Après le pétage de plombs d'hier soir, j'ai pas attendu pour aller voir la pédo-psychiatre qui s'occupe des DPP à l'hôpital de Tchernoville.
Je m'y suis rendue cet aprèm' et malgré un début chaotique - on m'a trimaballé sur 3 étage en m'envoyant à chaque fois dans un bureau diférent (je me serai cru dans les 12 travaux d'Astérix) et une attente de 1/2 heure avec une Minilouloute insupportable et une crise larme veinement jugulée - j'ai rencontré une femme vraiment à l'écoute (bon ok, c'est son boulot !)...

Là, je sors de chez la psy et qu'est-ce qu'elle vient de me dire ?
Qu'il fallait que je pense plus à moi !!!!
Incroyable, hein ? Ma belle-mère me reproche de trop parler de moi et on me conseille de me recentrer sur moi... y'a forcément quelqu'un qui a tort et je crois bien qu'il y a une professionnelle dans l'histoire !
Trève d'ironie... Après tous ces mois à supporter (au sens soutien) tout le monde : ma belle-mère par rapport à la maladie de son mari, le mari et le fait qu'il sâche qu'il est condamné, mon homme parce que voir son père mourir à petit feu est certainement la chose la plus horrible du monde, ma grande qui avait du mal à vivre ma grossesse et qui m'a épuisé durant ma grossesse, ma grosssesse fatiguante... il s'avère que j'ai beaucoup stigmatiser sur ma Minilouloute ! La pauvre, c'est un peu elle qui prend pour tout le monde, qui ressent toutes mes tensions, toute la pression que j'ai sur les épaules.

Le problème est double : d'une part tout ce poid que je porte, le fait de toujours soutenir tout le monde et de ne rien recevoir en retour (si ce n'est des couteaux dans le dos)... et ma belle-mère; Tiens donc, je m'en serai pas doutée !
Il s'avère qu'elle est en grande partie la cause de mes problèmes avec la puce, parce que j'ai cette chappe de plomb sur les épaules, cette peur constante qu'elle débarque, qu'elle appelle, qu'elle s'immisce, qu'elle s'impose, qu'elle se mêle de ce qui la regarde pas (comme me dire sans arrêt qu'il faut que j'arrête l'allaitement !), qu'elle sape mon autorité auprès de mes filles, qu'elle en fasse qu'à sa tête... qu'elle me bouffe mon air tout simplement !
C'est un fait qu'au lieu de pouvoir me reposer sur elle, lui laisser les enfants pour me détendre, profiter de mon homme, je suis obligée d'assumer deux fois plus tout ce que j'ai à faire parce que je ne veux pas lui demander un coup de main, car j'aurai l'impression de faire entrer le loup dans la bergerie. J'ai l'impression sur si je lui octroie le droit de venir m'aider, elle va considérer ça comme une invitation à vivre chez nous. Justifié ou non, c'est mon impression, et c'est suffisant pour comprendre ce que je ressens.
Du coup, je me suis usée toute seule, à m'occuper de tout, sans aide, sans soutien.

Et voilà donc mon deuxième problème : j'ai aidé tant de monde, j'ai pris soin de tant de gens en passant par mon ex-mari, ma mère, mon homme, etc...) que finalement, qui s'occupe de moi, qui prend soin de moi ?
Même ma mère et ses "oui mais" ne sont pas un soutien, même mon homme qui me dit toujours "ben dis moi ce que je peux faire ?" ne sont pas un véritable soutien.
Cela fait des années que je prends sur moi, que j'ai été forte pour un tas de choses (divorces, procès, recherches infructueuse de travail, maladies, décés, concours, etc...), j'ai été forte, peut être trop, j'ai voulu tout porter à bout de bras, être un pilier pour tous mais voilà que les fondations s'éffondrent. Parce que j'ai pas le soutien dont j'ai besoin pour continuer à lutter.
En fait, je crois que c'est depuis ma grossesse que tout à barré en couilles ! J'ai souvent dit à mon homme que je me sentais délaissée, que je le trouvais distant dans cette grossesse, que j'avais besoin de lui... mais il était préoccupé à la fois par son concours et par la maladie de son père.
Mais c'est au moment où j'aurai eu tant beosin qu'on s'occupe de moi que j'ai du m'occuper de tant de monde. D'ailleurs ma belle-mère a la mémoire courte quand j'y pense, vu les circonstances de ma grossesse et tout ce que j'ai fait pour elle et son fils durant tout les derniers temps difficiles, puis lors du décès et les mois qui ont suivis.
Bref, fin de grossesse diffcile et maintenant bébé diffcicile, en d'autres circonstances, ça aurait pu bien se passer. Mais là, faut pas s'étonner que je craque...
Il va me falloir que je me recenctre sur moi-même, que je pense à moi avant tout. La psy m'a fait remarqué que lorsque j'avais parlé de Minilouloute pendant la séance, elle s'était énervée, pleurée et que lorsqu'on a parlait de moi, elle s'est endormie. Simplement parce qu'elle ressent lorsque je pense que le problème vient d'elle... or, il vient simplement du fait que je ne pense plus à moi, à m'occuper de moi, et m'écouter.

Je dois m'écouter, prendre soin de moi, me retrouver, trouver du soutien, un tuteur, une béquille pour me relever et affronter les jours à venir.
La fatigue et les tensions s'apaiseront, Minilouloute deviendra plus cool si elle-même me sent plus cool !
J'ai besoin d'aide, qu'on me tende la main, qu'on me protège, qu'on s'occupe de moi, qu'on me chouchoute, qu'on se rapelle que je suis faible même si je ne le montre pas...


Après quelques larmes, ça ira mieux...et surtout, faut que j'en fasse moins et qu'on m'en donne plus...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

carl 11/10/2007 21:10

j'ai pas encore lu l autre notemais je suis contente que tu aies fait cette demarche et que tu aies pu te poser un peu...d autant que sans parler de meme parcours, c est bien parce que je me suis reconnue dans tes mots (tes maux?...) que je m etais permise de t en parler...et maintenant week end sans belle mere!!   

A l'Ombre des Murmures


facebookflickr twitter flickr_32.png

gmail_32.png

lesmurmures(at)gmail(point)com


 

Suivez-moi sur Hellocoton

Rechercher

Les Mosaïques des Murmures

 Body Whispers


pinup.jpg

PageRank Actuel

 

Mon Grenier