Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 octobre 2007 1 22 /10 /octobre /2007 11:16
Le jour où j'ai créé cette section, Reflection(s), je l'ai orthographié ainsi en me disant qu'après tout, une reflexion c'est comme se regarder dans un miroir et analyser ce qu'on y voit...

Aujourd'hui, plus que jamais, ça se vérifie.

Après notre énorme dispute de vendredi, on a passé notre samedi à se prendre la tête et à tenter de discuter, de s'expliquer, de se comprendre malgré nos différences... pour finir par se réconcilier au cours de notre promenade en forêt. Ce fut dur, long, et douloureux de lui exprimer mon resentie, de l'écouter et de faire l'effort de comprendre également son point de vue, sans pour autant qu'il ne fasse pas non plus la démarche d'essayer de me comprendre. On a finit par trouver un terrain d'entente, de reconnaître nos torts à tous les deux, moi d'autant plus car ma réaction était disporportionnée et qu'au final, je comprends qu'il n'ait pas pu l'anticiper.
Je ne lui trouve pas d'excuses, mais à froid, c'est vrai que devant le tas d'arguments plus débiles les uns que les autres que je lui ai sortis, je comprends qu'il se soit emporté qet qu'il n'ai pas pu comprendre que c'était vraiment dramatique pour moi. Au final, il a avoué avoir été maladroit, et moi complètement hystérique, et si tout simplement j'avais su lui avouer le fond du problème, ça n'aurait jamais pris ces proportions.
Je dois donc revoir ma copie et faire les efforts nécessaires pour exprimer ce qui me ronge, et ne pas le garder pour moi et attendre qu'il saissise de lui-même mes états d'âme, parce que c'est vraiment trop compliqué de deviner ce que l'autre ressent, surtout quand il le cache autant... Toutefois, j'attends également que de son côté, il tente parfois de faire l'effort de se demander ce qui ne va pas et d'anticiper mes demandes ou encore de faire plus attention à moi...
Et une fois n'est pas coutume, il m'a offert un petit bouquet de fleurs, chose si rare qu'elle mérite d'être noté comme un véritable effort de sa part, et c'est d'autant plus touchant qu'il l'a fait vraiment que pour moi, pour me faire plaisr, une véritable attention non pas que pour obtenir la réconciliation mais pour me prouver qu'il pensait tout simplement à moi... et rien que pour ça, je n'ai pas de mots pour dirte combien je l'aime.

De cet épisode, j'en tire quelques leçons après avoir longtemps réfléchie - si, si, j'arrive encore à rélféchir malgré le peu de neuronnes qu'il me reste suite à mes insomnies à répétition - et notamment en lisant les commentaires qui m'ont été laissés, les différents blogs que je suis et la vie réelle qui tourne autour de moi...
Beaucoup d'amis ces temps derniers se sont séparés. Certains sans heurts et plutôt sur de bonnes bases, d'autres en se déchirant, le tout accompagnés de coups bas et de mots/maux terribles.
La plupart du temps, j'ai constaté que ces gens au final étaient mal assortis, que leur vision de la vie, du couple, n'était pas la même et que tout les efforts du monde ne pourraient pas les aider à suivre la même route.
Bien sûr, au final, il y a toujours celui qui souffre le moins, celui qui a compris depuis longtemps cette différence qui fait que la vie ensemble ne pourra pas être parce que trop de choses séparent les deux entités, celui qui a peut être la vision la plus claires des choses, celui qui n'est plus aveuglé par l'amour... celui qui n'aime plus.
L'autre évidemment, souffre comme une bête. Parce que tout l'amour qu'il donne et qu'on veut lui reprendre semble être une injustice. Ce coeur trop gros, trop plein devient alors un handicap pour réaliser la réalité des sentiments et de la vie. Il s'enfonce dans la peur à la fois de se retrouver seul, de ne plus être aimer, dans l'incompréhension de l'issue donnée à leur histoire, dans la douleur d'avoir tant donné et de ne plus jamais rien recevoir en retour... celui qui aime trop.

Je ne dis pas qu'il y en a un mieux que l'autre, un qui voit les choses plus clairement, un qui est totalement obtus ou dieu sais-je quoi encore... simplement que souvent c'est comme ça !

Tou ça, ça me fait peur. Surtout quand on se dispute comme on l'a fait.
Cela me fait poser tout un tas de question sur notre avenir :
Sommes-nous fait l'un pour l'autre ? Voyons-nous la vie, l'avenir de la même façon ? Suivons-nous le même chemin ?
Pourrons-nous affronter nos différences et tenir bon la barre malgré les tempètes qui nous assailliront toute le long de notre vie commune ?

Il en ressort que je pense que oui, nous sommes sommes assez forts. L'un sans l'autre, nous le sommes déjà - moi, peut être un peu moins, parce que je me sais plus fragile mentalement - et l'un avec l'autre, nous sommes d'autant plus forts. Malgré nos différences, malgré nos heurts, nous surmontons chaque étape (avec fracas parfois) mais au final, nous avons l'arme ultime pour surmonter tout cela : la communication.
Souvent, ça donne lieu à des cris, a des larmes, a des crises terribles. Mais la plupart du temps, ça se termine dans le calme d'une conversation où chacun apporte sa pierre à l'édifice de la construction du couple. Nous avons cette arme imbattable, cette communication si importante pour réflêchir sur nous, sur notre devenir, sur ce qui va, ce qui ne va pas, ce qu'il faut améliorer, ce qu'il faut changer...
Je crois qu'on est très réalistes sur la manière de concevoir un couple et sur les issues qu'une vie à deux peut avoir quand on ne communique pas...

Bien sur, tout mon discours est une généralité et une réflexion personnelle, ça ne s'applique pas à tout le monde et à toutes les situations, mais c'est mon impression par rapport à toutes les histoires que j'ai vu autour de moi et desquelles il ressort toujours le même manque de communication.

C'est pour cette raison que j'ai pris la décision de faire un énorme effort - pas que pour lui, en grande partie pour notre couple, et surtout pour moi - de ne plus garder mes sentiments, de ne plus me retrancher dans mon fort intérieur et attendre qu'il me comprennne de lui-même. Je sais désormais qu'il faut que je me fasse violence, et que j'assume d'avoir des peurs incontrôlées et des névroses futiles, et je ne dois plus avoir peur de lui avouer... il est capable de m'écouter et de me comprendre... parce qu'on s'aime et qu'on peut communiquer, on en est capable...


Je reste persuadée que quelque part, il y a toujours quelqu'un compatible pour chacun, quelqu'un avec lequel ou laquelle on peut fonder quelque chose et que la base de tout, le ciment nécessaire à cette construction, ce sera toujours les mots... tandis que le silence sera toujours le mal qui ronge la charpente...




P.S. :
Ne m'en veuillez pas, vous les filles qui vivaient cette situation, celles que je connais (ou pas) et qui vont passer ici et lire mes mots.
En aucun cas je ne donne de leçons, je me suis juste rendue compte en recoupant vos histoires que la plupart du temps, c'était le manque de communication qui était le point commun de vos ruptures...
Et si ça se trouve, n'ayant pas tous les tenants et aboutissants, je me trompe peut être..
.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

PM 24/10/2007 17:26

L'amour, est une relation où l'un doit obligatoirement souffrir.On se pose des questions, on se fait du mal. Mais c'est ainsi...Nous n'y pouvons rien. Ceux qui font le choix de vivre à deux, de s'installer ensemble, se lancent dans un tourbillon  dont ils ne soupçonnent pas l'issue.Courage.PM!

carl 22/10/2007 14:16

oui j'avais cru comprendre... mais comme moi aussi je suis une névrosée je voulais pas avoir l'air pire :)

Gallïane 22/10/2007 13:19

Bah, t'étais pas concernée :p
Mais je vais y songer à Vénus et Mars...

Mais je connais 3 ou 4 filles qui traînent par ici et qui passent en ce moment un sale quart d'heure à cause de ce fameux manque de communication... je voudrais pas les heurter !

Au final, je ne suis pas si malheureuse... juste névrosée ! :D

carl 22/10/2007 13:04

bon je ne le prends évidemment pas mal, vu qu'on se sépare pas, ça tombe un jour de grosse engueulade alors ça résonnemais je me permets de me répéter...mars et vénus... ça semblait le truc le plus débile à lire et finalement, je l'ai pas lu en entier non plus mais tt ce que j'ai lu m'a calmée dans mes moments d'hystérie, et lui a donné les clef sdans ses moments de maladresseaprès faut encore bien vouloir le faire mais bon...je suis tout à fait d'accord avec ta note quoi :D et je vous souhaite bcp de bonheur autant que de communication :D

A l'Ombre des Murmures


facebookflickr twitter flickr_32.png

gmail_32.png

lesmurmures(at)gmail(point)com


 

Suivez-moi sur Hellocoton

Rechercher

Les Mosaïques des Murmures

 Body Whispers


pinup.jpg

PageRank Actuel

 

Mon Grenier