Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 novembre 2007 2 13 /11 /novembre /2007 10:25
Bon, je vais pas vous faire un dessin, à la lecture du pétage de plomb de Caliméro, il va sans dire que je ne vais pas mieux !

Oué, cette p**** de dépression post-partum s'est muée en dépression tout court.
Suite à ma conversation avc la psy jeudi dernier, je n'ai pas d'autre choix que d'aller consulter un autre psy, elle s'occupe exclusivement des mamans en détresse et là, y'a pas que la maman qui n'en peut plus mais la femme qu'il faut soigner. J'avoue que je ne suis pas réjouis. J'ai pas envie d'aller raconter ma vie à quelqu'un d'autre, c'est pas simple de se sentir à l'aise avec un psy, avec elle ça se passait plutôt bien et là, faut que je change...

J'ai pas encore appeler le Centre Médico-Psychologique qu'elle m'a conseillé. Je recule le moment de passer ce satané coup de fil, parce que j'ai peur d'aller voir quelqu'un d'autre, d'une part parce que j'ai pas envie d'all  rme confier à un inconnu et aussi par peur d'affronter mes démons.
J'ai juste pas envie !

Mais si je ne fais pas, combien de plombs vas-je encore péter ? combien de fois vais-je partir en pleurs en pensant que personne ne me comprend ?
Combien de prise de tête et d'engueulade avec mon homme ? Combien de fois encore vais-je me poser la question du pourquoi suis-je ici et ma raison d'être ?

J'ai fait peur à Monsieur, je crois.
Je lui ai dit que parfois, j'en avais tellement marre que je pensais qu'à une seule chose : me foutre par la fenêtre ! (bon à vrai dire, c'est plus souvent me foutre dans le décor quand je suis en voiture...)
Je lui ai expliqué que je me sentais si mal, si inutile, que ma vie semblait n'avoir aucun sens, que je n'étais personne....
Il m'a passé un savon... je ne sais pas si c'était fait pour me faire réagir, mais ça n'a pas eu l'effet escompté je pense.
Moi, encore une fois, j'attendais son soutien, plus d'attentions et de compassion et je me suis heurtée à quelqu'un qui m'a "jeté" à la figure que j'étais pas une merde et que j'avais qu'à me bouger le cul pour me le prouver !
Même si c'est pas faux, j'ai plus besoin qu'il me prenne dans ces bras et qu'il me dise qu'il m'aime que de me dire "t'es pas une merde, et si tu veux le rester, ben ça m'intéresse pas !"...
Les hommes ont une drôle de manière de consoler les femmes...
Et pourquoi me dit-il jamais qu'il m'aime... ça me manque tant...

Depuis, je me pose des questions...
Je sais que le fait d'élever mes enfants n'est pas un finalité satsifaisante dnas ma vie. Même si je me suis épanouie à travers la maternité, il faut bien avouer que socialement, c'est terriblement réducteur (surtout dans un bled comme Tchernoville) et que professionnellement, je n'ai aucune place.
Même si j'ai entrepris la reprise d'études pour remédier à ce dernier point, le projet dans lequel je me suis lancée, c'est juste un truc impossible !
Comment travailler une licence alors que j'ai un niveau bac+2 au ras des pâquerettes avec mon BTS merdique ? J'ai jamais bossé que scolairement et être étudiant est bien plus difficile et compliqué.
J'ai peur de ne pas réussir, réussir à travailler suffisamment pour ne pas me casser la gueule en beauté et voir touts mes espoirs partir en fumée et donc toute possibilité de sortir de ma merde professionnelle en même temps. J'ai l'impression d'avoir trouver ma voie mais que les obstacles pour y accéder sont inssurmontables !

Voilà, le bilan de ma vie c'est que je ne suis rien, que j'ai l'impression de ne pas être à la hauteur pour devenir la personne que j'imagine.

Pour ajouter à ça, il est clair que j'ai pas encore réussi à régler toutes mes casseroles en rapport avec l'image de l'homme (et donc de mon père).
Monsieur pense que je cherche par tous les moyens à détruire ma relation avec les hommes certainement inconsciemment, pour diverses raisons (me prouver que je ne suis digne de personne, prouver que les hommes sont tous du même accabit, ou dieu sais-je quoi encore...) mais en tout cas, ça mine notre couple et notre relation et la psy m'a effectivement confirmé qu'il fallait certainemenent retravailler tout cela...
Pourtant notre relation était idyllique, mais aujourd'hui, je ne sais pas si c'est moi qui lui en demande trop ou si il s'avère juste qu'il n'est pas l'homme aussi parfait que je le croyais...
Je l'ai peut être idéalisé, peut être trop placé sur un pied d'estale et qu'aujourd'hui, je me rends compte de mon erreur...
Je l'aime au point d'être paniquée et perdue sans lui, et pourtant, je m'acharne à le faire fuir avec mon caractère épouvantable. Et d'un autre côté, pourquoi n'est-il pas plus présent pour moi, pourquoi ne comprend-il pas que j'ai besoin de lui, de pouvoir compter sur lui et besoin de son soutien inconditionnel ?

Je suis totalement paumée, perdue, j'arrive pas à organiser mes pensées...

Je suis extrêmement lasse et fatiguée...




Partager cet article

Repost 0

commentaires

carl 13/11/2007 11:38

ma p'tite mere... j'y suis passée d une certaine façon, à cela pres que je bossais... sauf que comme prof je suis pas bonne alors c'est un constat d'échec qui n'a rien de réconfortant dans les moments creux...voir un autre psy alors que t'es pas motivée c'est pas facile... il faut vraiment en avoir envie et en ressentir la motivation du plus profond de toi... or les envies c'est dur à avoir quand on fait une depression puisque c'est ce qui est attaqué en premier.... pose toi avec un papier et un stylo... ce qui est bon ce qui ne va pas et vois ce qui est le plus important pour toi... et surtout si ce qui est important en dépit de tout ne peut pas te donner l energie pour ressentir enfin l envie de t'en dépatouiller...et pour l'info.. moi hier pour m en sortir j ai tenté la kinesiologie... ça m a fait du bien... enfin il me semble...je t embrasse

A l'Ombre des Murmures


facebookflickr twitter flickr_32.png

gmail_32.png

lesmurmures(at)gmail(point)com


 

Suivez-moi sur Hellocoton

Rechercher

Les Mosaïques des Murmures

 Body Whispers


pinup.jpg

PageRank Actuel

 

Mon Grenier