Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juillet 2008 6 19 /07 /juillet /2008 06:00

Les deux chapitres précédents ont été écrits d'une traite, jeudi, vers 20h. A partir de maintenant, le journal sera tenu en live.



Vendredi 12 juillet 2002, Ouagadougou

 

10h30

Première vraie nuit ici, et j'ai dormi 13h, comme une bûche. La mouche tsé-tsé, certainement. Bon... que cela ne se reproduise plus, j'ai du pain sur la planche, je suis pas venu là pour larver.
Aujourd'hui, je dois me rendre au Premier Ministère, ça rigole pas.

 

12h30

Je reviens du Premier Ministère, et j'ai l'impression d'être un personnage très important. Est-ce le cas, à cause d'une aide européenne trop rare, ou est-ce dû à la légendaire gentillesse du burkinabé ? Quoiqu'il en soit, j'ai rendez-vous avec le Ministre de l'Environnement, et il est également prévu au programme une visite de la réserve de chasse personnelle du Président Compoaré.

Mon hôte et interlocuteur privilégié, M. Bandé, lieutenant des eaux et forêts au premier ministère, se plie en quatre pour que mon séjour se passe aux petits oignons, ainsi que Matthias, ingénieur physicien et représentant de l'ABUSE (l'association burkinabé pour la sauvegarde de l'environnement). Ils nous appellent « la délégation d'écologistes », le terme est plutôt cocasse !

En parlant de cocasse, mon retour du ministère en forme de visite guidée à l'arrière de la mobylette de M. Bandé a été un moment vraiment privilégié.


Prochain objectif : quitter le frénétique quartier de la Place des Nations Unies pour casser une graine, et acheter une montre, je pensais pouvoir m'en passer mais c'est finalement indispensable.


 

18h00

Il est vraiment très facile d'identifier les importuns dont je parlais précédemment. Leur discours est incroyablement formaté. Existe-t-il une École Internationale des Pièges à Touristes ? Franchement, je me pose la question tant leurs techniques subtiles (ou pas) sont identiques à ce que j'ai pu voir au Maroc. Heureusement, je m'en débarrasse vite en expliquant que je ne fais pas de tourisme mais que je suis ici pour travailler. C'est radical, en principe. Bye-bye les casse-pieds.


En revanche, blocage au niveau des femmes. A part de rares vieilles, aucune ne m'adresse la parole. Étant dans un quartier populaire, je me demande si l'Islam n'est pas la cause de cette attitude renfermée de la part des femmes, vis à vis des hommes, étrangers de surcroit. Attendons de quitter la capitale et d'aller en brousse, avec ses convictions plus animistes que monothéistes, pour éclaircir ce point.


 

19h00

La nuit est tombée sur Ouaga. Ici c'est l'heure solaire : à midi le soleil est au zénith, et il se lève et se couche très tôt, à peu près à la même heure toute l'année.

Enfin, ça se décide à bouger ! La folie des soirées de week-end n'est pas une exclusivité occidentale, et manifestement les vendredis soirs sont ici aussi très animés. Je me suis fait inviter dans un maquis où il va se jouer de la musique traditionnelle, et je vais en profiter pour me frotter d'un peu plus près à l'autochtone. D'ailleurs, dans les rues, les filles sont déjà parées de leurs plus beaux atours, ça promet !

 

On n'est pas très loin de l'équateur, et j'admire pour la première fois ce croissant de lune, la concavité orientée vers le haut, tel un berceau. Ça fait bizarre, la lune fait partie de nos repères immuables, et la retrouver ainsi la tête à l'envers est assez troublant.


Sinon, « pour le plaisir des yeux », comme on dit entre le Cancer et le Capricorne, voici deux noms de boutiques, croisées au hasard de mes pérégrinations, et qui valent leur pesant de cacahouètes. Nous avons d'abord le salon de coiffure Best of the Best Bill Clinton. Imaginez trois murs de briques nues, 4m² de terre battue et une pancarte peinte à la main avec un mauvais portrait du facétieux président et vous y êtes. Tordant.
Et maintenant, je vous présente Digital Plus, chez Californien. Une cabane de bois, 2m² de terre battue, et un incroyable bric à brac de vieilles radios et téléphones portables des années 90. Des câbles, des vieilles piles, des pièces rouillées et en vrac, en veux-tu, en voilà. Le mec qui squatte la cabane se la pète grave et le décalage technologique est à la fois marrant et touchant.

 

20h00

Je ne sais pas quelle mouche m'a piquée d'aller faire des courses à l'unique supermarché... réflexe d'occidental à la con. J'y ai payé une bouteille d'oasis 2500F (4€) alors que dans les maquis les cocas, fantas et tonics, en bouteille de verre de 50cl, sont à 300F (50ct), et surtout frais ! Le tonic (nom local du schweppes) en bouteille de demi-litre sera ma boisson officielle du séjour, c'est décidé. Pour mon repas du soir, j'ai acheté à une vieille au coin d'une rue trois bananes pour 100F (15ct). Royal.

 

01h00

Jusqu'à maintenant, j'ai pas mal fait l'ermite dans ma caverne, mais grâce à cette soirée, ça y est, des relations sont nouées. Un couple de suisses super sympas et surtout une petite burkinabèse, Aïcha, qui va me suivre comme mon ombre jusqu'à mercredi, j'en ai bien l'impression.


null

La soirée dans le maquis « le Sahel » a été riche en rencontres, et plus le temps passe, plus je me sens bien ici, loin de toute pression, un peu comme à l'abri du temps qui tourne. L'ambiance dans ces bars dansants est complètement folle et hyper conviviale, les discussions y sont mille fois plus faciles que chez nous. Tout le monde paye des coups à tout le monde, danse avec tout le monde, flirte avec tout le monde, dans un esprit assez paradoxal, un mélange entre convivialité bon enfant et danse qui pue le cul à dix kilomètres.


Mes craintes étaient infondées : les filles m'abordent aussi facilement que les garçons. Je crains tout de même certains relents de tourisme sexuel, pour avoir vu çà et là de très jeunes filles aux bras de vieux occidentaux friqués. Le phénomène semble toutefois limité, en tout cas je l'espère, même si je sais qu'il ne faut pas se leurrer et se voiler la face.


Avec Jacomo, Séverine et Aïcha, rendez-vous est pris pour demain soir, même heure et même endroit, et cette fois j'ai promis à Aïcha de danser, promesse facile à tenir au vu des créatures de rêve qui se déhanchaient ce soir sur les planches du maquis.


A noter : une reprise de « Hey Dzoe » à la sauce africaine que Jimi lui-même n'aurait pas reniée tant elle était tribalement improvisée...


Je raccompagne Aïcha chez elle (un bâtiment abandonné en pleine construction, que des murs de béton nu, avec pour seul mobilier une paillasse et une bassine d'eau), nous prenons le temps de discuter un peu, et je prends la direction de ma pension.




Je m'installe sous la tonnelle de l'hôtel, je savoure une dernière clope, et la tête pleine du tumulte de la ville, à la lumière de la lune et des étoiles, ma vie paraît plus légère que jamais.


 

Crédit photo maquis : Julie Menard
Crédit photo ouaga nuit : Lebaupinagnes

Partager cet article

Repost 0
Published by Elienai - dans Il murmure
commenter cet article

commentaires

traitement de mauvaise haleine 15/02/2015 17:25

I do consider all of the ideas you have offered to your post. They are very convincing and can definitely work. Still, the posts are too brief for novices. May just you please prolong them a little from next time? Thank you for the post.

bonne haleine le matin 15/02/2015 17:25

I would like to thnkx for the efforts you've put in writing this site. I am hoping the same high-grade web site post from you in the upcoming as well. In fact your creative writing abilities has inspired me to get my own website now. Really the blogging is spreading its wings rapidly. Your write up is a good example of it.

Clyne 21/07/2008 13:47

Je ne savais même pas que l'on voyait la lune orientée différemment selon l'endroit du globe où l'on se trouve...J'ai honte. En tous cas merci, je me coucherais moins bête ce soir :)

valerie 19/07/2008 13:48

Tiens j'aurais cru le contraire de ce que tu dis Ludi et qu'au contraire, l'administration africaine était pire que la nôtre ce qui n'est pas peu dire.un maquis c'est un petit magasin ?Tu pouvais y boire de l'alcool ou islam oblige, il n'y en a pas ou peu ?

Elienai 19/07/2008 14:44


Pire, dans un sens, certainement. Je ne vais pas jouer le grand reporter, mais il ne faut pas sortir de st cyr pour voir la corruption qui règne en haute sphère, par exemple.

Un maquis c'est à la base une maison privée dans laquelle on peut boire un coup ou manger un morceau. Par extension, ça désigne tous les petits troquets et gargottes où l'on mange, boit et
danse.

On peut boire de la bière sans problème. L'islam n'est pas ce qu'on peut appeler radical, en tout cas de ce que j'ai vu. Et de toute façon, le coran ou la bible est toujours teinté d'animisme, et
la religion est vécue radicalement différemment. Je passerai sous silence ce qu'il se passait dans le couvent qui était dans la brousse à 10km de notre village...


LudivinevandeSpock 19/07/2008 11:25

Ludivine elle aime bien le Journal d'un Voyageur, c'est bien écrit et c'est plein d'humanité :-) Pour le ministre, c'est parfaitement normal en Afrique noire : les chaînes administratives sont beaucoup plus courtes qu'en Occident ce qui fait que pour un même dossier, on rencontre des interlocuteurs hiérarchiquement tout de suite plus élevés. Biseke !

Elienai 19/07/2008 14:38


Oui ça je l'ai vite compris. Ce qui est assez marquant aussi, et là je parle au niveau des villages de brousse (je ne sais pas comment ça fonctione en ville), c'est l'opposition entre autorités
institutionelles, par exemple le préfet du dictrict, et autorités coutumières (chef du vilage, chef des terres) qui tiennent les rennes, en réalité. Les deux pouvoirs ont d'ailleurs tenté de
s'approprier notre projet (et donc notre portefeuille, joliment garni), ce qui a été assez problématique.


A l'Ombre des Murmures


facebookflickr twitter flickr_32.png

gmail_32.png

lesmurmures(at)gmail(point)com


 

Suivez-moi sur Hellocoton

Rechercher

Les Mosaïques des Murmures

 Body Whispers


pinup.jpg

PageRank Actuel

 

Mon Grenier