Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mai 2006 1 08 /05 /mai /2006 10:01
Je suis chez lui. Cet autre.
Il est beau, séduisant, envoûtant. Il me fait tant envie, je n'arrive pas à résister à son attraction.
Il m'embrasse, me caresse le visage, me parle de sa voix suave et sensuelle, me berce de milles mots que j'ai envie d'entendre.
Il est comme un aimant, comme un piège auquel je cède tout en sachant où je mets les pieds.
Je n'ai plus cette facilité pour le faire. Avant, dans ma tête, quand je trompais O., c'était tellement plus simple. Aucun remords, aucun regrets, aucune culpabilité à le faire, puisque j'y étais en quelques sortes obligée pour survivre, pour me sentir vivre, me sentir vivante, me sentir femme, désirable et désirée...

Mais là, je sais que ce n'est pas le cas, celui avec qui je vis m'aime et me désire.
Alors pourquoi être avec cet autre, pourquoi me laisser aller à lui, pourquoi céder à ce désir irrésistible et inextricable ?
Je ne me comprends pas, je ne comprends pas pourquoi je suis dans cet appartement, pleinement consciente de ce que je suis en train de faire, du mal que je fais faire. Il dit qu'il m'aime, qu'il me désire. Lui aussi va souffrir...
Parce que j'aime Jules, mais j'ai l'impression que lui aussi je l'aime, cet autre, cet inconnu, quelqu'un que je connais sans le connaître. Comme avant, comme lorsque mon coeur d'artichaut était en service.
Alors voilà, apparemment je les aime tous les deux, et comme je suis incapable de faire des choix, je me retrouve là, avec lui, dans ce grand appartement blanc.
Et puis on s'allonge, et les caresses deviennent intimes, ses mains sont douces, ses gestes tendres et passionnés.

Au secours !
Je m'enfonce dans ce vice. J'ai vraiment conscience que ce que je fais est mal, mais je n'arrive pas à m'en empècher, je ne peux m'arrêter, j'ai trop envie d'en profiter. Mais je sais que profiter aura un prix, celui de la culpabilité, rongée par le remord d'avoir trahi à la fois l'un et à la fois l'autre.
Je ne veux pas avoir ce poids sur la conscience, c'est trop lourd, trop pesant... il faut que je le dise, il faut que je lui dise, à lui qui est à côté de moi. Jules lui, n'a pas besoin de le savoir, je n'ai pas besoin de le faire souffir lui aussi... ou peut être que je lui dirai ce soir, plus tard...
Je lui dis à l'autre, que je ne suis pas seule, que je vis avec quelqu'un d'autre, quelqu'un que j'aime.... aussi.... que je les aimes tous les deux et que j'ai eu tort de faire ça ce soir avec lui, parce que je ne peux pas aimer deux personnes en même temps, et que c'est "mal" !

Il se met dans une colère noire, me hurle dessus, s'effondre, en larmes.
Son désespoir me fait mal, me ronge les tripes comme pour me punir encore plus que la culpabilité me ronge elle-même. Comme pour me prouver combien j'ai mal agie, et combien je dois payer pour ce crime.
J'ai envie de vomir, de me vomir. Je me dégoûte, et je dégoûte ce que je touche, ceux qui me voient.
J'ai l'impression d'avoir des centaines de regards braqués sur moi, les doigts pointés sur moi, pour dénoncer mon ignomie.
J'ai la tête qui tourne...



Je me réveille.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

A l'Ombre des Murmures


facebookflickr twitter flickr_32.png

gmail_32.png

lesmurmures(at)gmail(point)com


 

Suivez-moi sur Hellocoton

Rechercher

Les Mosaïques des Murmures

 Body Whispers


pinup.jpg

PageRank Actuel

 

Mon Grenier