Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juin 2006 4 22 /06 /juin /2006 09:29
J'ai eu du mal à m'en remettre...

Je pensais qu'ayant déjà vécu cela, je vivrais relativement cette histoire, sans trop de dégats.
Or, c'est faux ! Je crois que je pourrais le vivre 25 fois, ça ne changerait rien, je le vivrais toujours aussi mal, comme un déchirement. Comme si on m'éventrait dans ma féminité, comme si on m'ôter les entrailles, comme si on décidait de ne pas m'offrir le seule rôle de ma vie...

Bien sur que je relativise, bien sur qu'il valait mieux qu'il en soit ainsi, bien sur qu'il valait mieux que ce soit tout au début, bien sur que ce n'est pas si grave que ça...
Mais tout ça ne sont que des mots lorsqu'on les dit de l'extérieur. Je crois les avoir entendu une bonne douzaine de fois ces deux dernières semaines, mais si "ils" pensent que ça va me consoler, c'est vraiment se fourvoyer.Il n'y a rien qui console vraiment de ce sentiment de vide qu'il se dégage après coup.
Le pire, c'est le mutisme qui s'empare de moi alors que j'ai envie de crier au monde entier la souffrance que je ressens. Incapable de dire quelque chose à l'homme que j'aime, même pas capable de lui envoyer des signaux de détresse, mes balises restent fermement ancrées au plus profond de moi, aucun moyen de s'en délester. Et si je ne lui dis pas, comment peut il savoir dans quel état je suis ???

Gros craquage le week end dernier, beaucoup de remise en question, une explication avec lui. Il ne pouvait pas savoir à quel point ça n'allait pas. Il n'avait pas compris à quel point c'était difficile à vivre, même si c'est la 3ème ou 4ème fois.
Alors j'ai compensé, je tentais de prendre sur moi, et bien sur, ça s'est traduit par une grosse crise d'anoréxie... aïe, ça fait mal ! Pourquoi faut-il toujours que la bouffe vienne compenser mes problèmes ?
Mais je me suis battue, hors de question de céder à mes pulsions alimentaires, ne pas montrer le mauvaises exemples à ma puce, qui elle-même à déjà bien du mal à manger. J'ai fais bonne figure, même si l'idée d'approcher une fourchette de ma bouche me provoquait des nausées, même si faire la cuisine me dégoûtait au plus haut point, j'étais sur le fil...
Et j'ai tenu bon, j'ai contrôlé : juste 3 jours sans manger. Et la vie à repris son cours.

L'explication a eu du bon, même si c'est douloureux de devoir mettre les mots sur les sentiments, des choses refoulées sur lesquelles on n'aime pas disserter. Même ici. Pas foutue d'écrire une ligne en pleine crise. J'ai fui le clavier tout le week end, alors qu'il m'aurait été salutaire, qu'il m'aurait peut être épargner la prise de tête avec lui, les reproches infondés ou disons corrompus, ceux qui font mal sans qu'on le veuille vraiment. Parfois, je me mettrais des claques, ce genre de blocage me nuit tant et pourtant, ej m'y engouffre à la moindre occasion, je m'y réfugie pour fuir la réaité tout en l'exortant un peu plus... paradoxe, contradiction, problème insoluble... j'ai un gros travail à faire sur moi-même pour apprendre à extérioriser la douleur et en faire part à l'autree, afin qu'ils me comprennent : les gens ne sont pas devins.

Maintenant que tout est sorti, je vais essayer de profiter du week end qui vient pour reprendre goût à tout et à rien. L'épreuve est passée et je veux la laisser derrière moi, aller de l'avant sans me retourner. Ne pas oublier, de toute façon, c'est impossible, mais ne pas revenir dessus.

Comme le dit Rafiki : "Vois au delà de ce que tu vois !"




Partager cet article

Repost 0
Published by Not Me - dans Réfle(c)tions
commenter cet article

commentaires

A l'Ombre des Murmures


facebookflickr twitter flickr_32.png

gmail_32.png

lesmurmures(at)gmail(point)com


 

Suivez-moi sur Hellocoton

Rechercher

Les Mosaïques des Murmures

 Body Whispers


pinup.jpg

PageRank Actuel

 

Mon Grenier