Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juillet 2009 3 29 /07 /juillet /2009 08:17

Je dois bien l’avouer, mais ce voyage au Maroc, c’est le premier que je fais hors des frontières européennes. Déjà visité l’Espagne, l’Andalousie en particulier, l’Angleterre, le Pays de Galles, La Belgique… j’ai vu si peu de choses !

 

Je me faisais une joie de ce voyage dans des terres lointaines. J’ai toujours eu envie de découvrir d’autres paysages, d’autres cultures, d’autres coutumes… et le jour est enfin arrivé ! (non sans mal !)

 

Bref, nous voilà dans l’avion, un peu redouté après les derniers crashs, mais je suis sereine, j’ai rarement peur, je ne suis pas spécialement du genre anxieuse.

Le vol se passe sans encombres. Je sommeille un peu, on s’est levé à 4h30 du mat’…. Mais voilà déjà 8h30 et nous survolons ce pays à la terre d’ocre, aride, minéral, désertique.

 

Nous amorçons la descente, nous nous approchons de Marrakech qui se profile comme surgie du plus profond de la terre. Des oliveraies et des plantations d’agrumes encadrent la ville, dessinant des figures géométriques impeccables.

 

Je me dis que l’aventure commence enfin !

 

A la descente de l’avion, comme nous arrivions au petit matin, je n’ai pas respiré l’air chaud auquel je m’attendais, mais déjà, l’air était sec et annonçait une journée splendide tant le ciel était bleu.

 

J’ai découvert le très bel aéroport de Marrakech-Menara, une très belle structure architecturale mais surtout, j’ai vécu mon premier trajet en taxi marocain et ce fût le début d’une longue histoire d’amour entre eux et moi !

 

Le taxi marocain !

 

Il en existe deux sortes :

 

Les petits taxis - en général des Fiat Panda - qui ne circulent que dans la ville, entre la Médina (la ville ancienne) et Guéliz (la ville nouvelle) et les grands taxis - de grosses Mercédes venues tout droit des années 60 et d'Allemagne - autocollant D à l'appui - ont le droit de sortir de la ville.

 

C’est donc l’un de ceux là que nous avons pris pour nous rendre à Imlil, le village où nous allions passer les deux prochains jours.

 

Alors tout d’abord, il faut négocier le prix et ça, c’est du ressort de Monsieur… parce que c’est d’un fatiguant de trouver un taxi qui n’essaie pas de nous plumer. Surtout lorsqu’en gros touriste poucrave que nous sommes, nous avons choisis de louer le taxi rien que pour nous deux alors qu’on est sensé monter à 7 dedans. SEPT ! par 40°C… vous voyez ce que je veux dire…

 

 

 


                 IM-POS-SI-BLE !

 

 

 

 

Il faut savoir également qu’au Maroc, on peut dire qu’il y a comme qui dirait une forme de laxisme au niveau du code de la route. C'est-à-dire qu’en fait, y’en a pas vraiment, ou alors si il y en a un, ben il est rudement bien caché ou alors les chauffeurs de taxi n’ont pas eu besoin de le passer !

 

Ces fous du volant conduisent comme des dingues :

 

Ils roulent SANS ceinture !

Ils roulent VITE !

Ils roulent en TÉLÉPHONANT !

Ils roulent en composant des SMS !

Ils font la COURSE avec les autres taxis !

Ils roulent en plein MILIEU de la route, même quand il y a un CAMION qui arrive en face !

Ils tapent dans la main de leur collègue qui arrive en face à 100 km/h, par la fenêtre !

 

J’ai failli mourir au moins 100 fois pendant le trajet de l’allée et au moins 500 fois au retour !

Sans compter que les Mercedes utilisées n’ont jamais moins de 300 000 bornes au compteur, qu’elles sont dans un état proche de l’Ohio qu’on dirait qu’elles sortent tout droit d’une casse et que celle du retour avait besoin qu’on remette de l’eau dans le radiateur toutes les demi-heures mais ça avait peut être un rapport avec les 800 000 kilomètres affichés dans le cadran du tableau de bord !

 

~~~ ~~~ ~~~ ~~~ ~~~ ~~~ ~~~


Enfin, tant bien que mal, nous sommes finalement arrivés à Imlil, petit village berbère niché au creu d'un oued, près d'Asni... j’y ai découvert les magnifiques paysages des montagnes du Toubkal et j’ai pris une claque !

 

Sur les hauteurs d'Imlil...

null

 

Imlil, c'est l'un de ses petits villages berbères perdus au coeur de l'Atlas, c'est beau, pour ne pas dire grandiose.

Bien moins touristique que la ville d'Asni, on y a trouvé un havre de paix, de calme et de plénitude... les gens y sont simples, vivent en autarcie, travaillent la terre et récoltent l'été pour survivre à l'hiver si rude à 2700 mètres d'altitude et durant lequel ils restent calfeutrés au chaud dans leur kasbah.
On vit là-haut au rythme des muezzins, qui de minaret en minaret, innondent la vallée de leur chant, appelant les croyants à la prière.

 

Minaret du village berbère d'Aremd...

null

 

Nous avons été hébergés dans un gîte très sympa, tenu par un franco-marocain prénommé Jean-Habib, que je recommande chaudement si vous décidez de partir un jour faire un trek du côté du Haut-Atlas.

Jean Habib est un fin cuisinier qui nous a servi le meilleur tajine de tout notre séjour : tajine d'agneau aux pruneaux, figues et amandes grillées !

 

Thé à la menthe des montagnes sur la terrasse du gîte de Jean-Habib...

null

 

C'est également lui qui nous a proposé Brahim, notre guide durant notre rando au coeur de la montagne. Un guide extra qui nous a même offert le thé à la menthe chez lui, dans son petit village de Tamatert et qui nous a parlé de lui, de ces traditions qui font que c'est le fils aîné qui doit faire vivre sa famille, de son parcours, de sa vocation de guide...

 

Lever de soleil sur l'Atlas...

null

 

Dans la montagne, j'ai perdu toute notion d'espace, tout est plus grand, les couleurs sont encore plus lumineuses, les paysages sont hors du commun...

J'avoue avoir été subjugué par les décors minéraux qui m'entouraient, au point de perdre mes points de repère et d'avoir l'impression que rien n'était vrai, que rien n'était palpable, un peu comme un rêve éveillé !

 


Nous avons traversé des villages isolés, où les femmes portent des balots de fourrage trois fois plus gros qu'elles, tandis que nous entendions des enfants psalmodier des versets du Coran, que les chats fuyaient à notre passage tandis que les muletiers circulaient sur des chemins tortueux avec leurs bêtes bâtées comme jamais...

Nous n'avons pas pris de photos de tout cela, les photos au Maroc, c'est compliqué, je vous en reparlerai. Mais les souvenirs que j'en ai sont mille fois plus puissants.. et il suffit que je repense à cette expédition pour que mes yeux brillent et que l'émotion me submerge...


Avec le recul, ces deux jours dans les montagnes du Haut-Atlas sont de loin mon meilleur souvenir du Maroc...



A suivre...

Partager cet article

Repost 0
Published by Gallïane - dans Voyages - Voyages
commenter cet article

commentaires

fouilloux 04/02/2014 11:31


Bonjour Gallïane ! un grand Merci pour avoir venter mes talents de cuisinnier ;) ce fut un plaisir de vous accueillir chez nous à Imlil ! en
espérant vous revoir bientôt dans la région.


JH

Annouchka 07/08/2009 12:38

Je lis tes récits de voyage depuis tout à l'heure... et je voyage.J'adore lire tes impressions lors de ces découvertes, c'est vrai que le Maroc ne laissent pas indifférent.Moi j'avais déjà peur des taxis parisiens, mais là bas c'est juste horrible, en plus ils doublent sur des routes super étroites (genre en montagne) sans se soucier si quelqun arrive en face ou pas :/Nous on avait loué une voiture à la fin, j'ai même conduit dans la médina de Marrackech, c'était folklo !

Gallïane 10/08/2009 14:01


Je n'oserai pas conduire à Marrakech (c'est tout juste si j'arriv eà conduire à Paris)... mais finalement, avec el recul, je me dis que la conduite là-bas, c'est très représentatif de l'état
d'esprit ! :D


Fée des étincelles 30/07/2009 18:13

Moi j'y vais fin août au Maroc, ça me donne un avant-goût...

Gallïane 04/08/2009 15:16


Tu ne vas pas avoir froid non plus ! ;)


Manou 30/07/2009 13:50

C'est marrant quand tu parles de la conduite marocaine j'ai ^rsque l'impression qu'on est parti au même endroit en vacances !!!

Gallïane 30/07/2009 14:51


Ah oui ?
Les russes aussi conduisent sans permis et sans codes de la route ?

(t'as mourru aussi ?)


Joker 30/07/2009 10:36

Tout pareil que Spike, j'adore les récits de voyages (d'ailleurs faut que je file chez elle voir si elle est bien arrivée). Et puis avec les vrais photos et l'humour dans les articles c'est quand même 'achement plus mieux que Nationnal Géo. Après le taxi marocain tu n'auras plus jamais peur en avion, ça s'appelle un vaccin !

Gallïane 30/07/2009 14:50


Spike ne part que demain ! ;)

Attends la fin avant de dire que je suis vaccinée !


A l'Ombre des Murmures


facebookflickr twitter flickr_32.png

gmail_32.png

lesmurmures(at)gmail(point)com


 

Suivez-moi sur Hellocoton

Rechercher

Les Mosaïques des Murmures

 Body Whispers


pinup.jpg

PageRank Actuel

 

Mon Grenier