Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 février 2007 3 28 /02 /février /2007 17:16

...

Ecrire... j'en ai envie, depuis un moment, mais j'ai l'impression d'avoir perdu mes mots.

Pourtant, j'ai besoin de soulager les tensions de ces dernières semaines.
Outre le fait que je sois enceinte, donc forcément beaucoup plus émotive et sensible qu'à l'accoutumée, les épreuves que nous traversons actuellement sont d'une intensité extrême et j'avoue que je navigue dans ma vie comme un zombie, spectatrice des évènements sans pouvoirs sur ce qui m'entoure.

Voir quelqu'un qu'on aime partir à petit feu, sous le joug d'une maladie vicieuse et implacable.
Voir l'amour de la vie dans les yeux de la personne malade, mais y décrypter également la tristesse de quitter un monde où il n'a pas encore tout vu.
Voir celui qu'on aime par dessus tout être malheureux, angoissé, silencieux dans sa peine.
Voir la détresse, la souffrance, la fatigue de l'entourage proche, la peur au ventre mais lucide sur l'issue fatale.

Voir à quel point on n'est rien, qu'on ne peut rien, qu'on sert à rien...

L'hôpital, lieu que je tente toujours de voir en positif pour ne pas sombrer dans le pathétique, me semble être un gouffre. Il avale le peu d'énergie qu'il reste, tel un sablier où les grains s'enfuient sans qu'on puisse jamais le retourner, une marche lente mais ineluctable, le balancement cynique de l'épée de Damoclès nous rappelant que chaque jour nous rapproche un peu plus de la mort. Tic tac, tic tac...

J'ai peur...
Peur de souffrir, de voir souffrir, de la peine, de la douleur, physique et morale....

Et puis il y a ce sentiment d'impuissance qui me rend dingue.
Ne pas pouvoir soulager la peine de mon homme, me sentir comme un poid, un boulet derrière lui car au lieu d'être forte et de le soutenir, je suis une loque à moitié dépressive qui passe plus de temps à chialer qu'à le réconforter.
Je sais qu'en temps normal, j'aurais été plus forte, il aurait pu compter sur moi, j'aurais été une pierre sur laquelle aurait pu s'appuyer pour souffler... mais là, j'ai besoin de lui pour m'aider, à la maison, avec notre fille, avec mon corps devenu si lourd. Je me sens lourde physiquement, moralement...
J'aurais aimé qu'il puisse plus compter sur moi et non l'inverse.

Beaucoup trop de questions me taraudent en ce moment, j'espère tant être le support et le réconfort dont mon amour a besoin, tout en pensant au petit être qui grandit en moi et qui vit toutes ces tensions malgré moi !


J'espère faire pour le mieux...




Partager cet article

Repost 0
Published by Not Me - dans Réfle(c)tions
commenter cet article

commentaires

A l'Ombre des Murmures


facebookflickr twitter flickr_32.png

gmail_32.png

lesmurmures(at)gmail(point)com


 

Suivez-moi sur Hellocoton

Rechercher

Les Mosaïques des Murmures

 Body Whispers


pinup.jpg

PageRank Actuel

 

Mon Grenier