Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 novembre 2009 1 09 /11 /novembre /2009 18:09

Il était une fois une princesse qui se croyait sortie de la cuisse de Jupiter.

 

Forte de sa supériorité à  la race humaine, elle menait une vie de patachon d’une exceptionnelle richesse à l’instar de son héroïne Marie-Antoinette. Croulant sous des montagnes de macarons Labourrée, elle prenait des bains au champagne Veuve Clito (qu’en fait c’était du marque Repère mais elle changeait l’étiquette pour faire plus mieux bien). Elle semblait jouir d’une certaine renommée dans un coin de la blogosphérie.

 

Utilisant sa puissance intellectuelle innée, elle savait manier la plume virtuelle et racontait sans ambages sa fantastique vie de princesse. Mais, ne voulant pas faire profiter de ses connaissances à n’importe quel premier manant venu et se retrouver exposée aux gueux de la plèbe, elle réservait sa prose à ses fidèles lectrices, c'est-à-dire celles qui lui léchaient le mieux les bottes de manière à ce qu’elle puisse se mirer dedans.

 

Elle aimait avoir sa propre cour, qui chaque jour, lui rappelait combien elle était formidable. Elle avait trié sur le volet ses courtisanes, sur des critères d’amitiés vénaux tels que le nombre de cadeaux qui lui sont offert, la capacité à la flatter en toute circonstance ou encore à lui servir par intérêt de quelque manière que ce soit.

Son amour des autres faisait chaud au cœur…

 

 

Certes, parfois, elle devait faire des concessions car tout le monde ne pouvait être à sa hauteur, mais sa grandeur d’âme lui permettait d’être au dessus des considérations bassement terre à terre des indigents. C’est ainsi qu’elle s’était pris d’affection pour la Fée Kifouette – surnom affectueux qu’elle lui avait donné en rapport avec son haleine à décoller le papier peint – car cette dernière, malgré sa moustache, se montrait d’une générosité en terme numéraire qu’aucune princesse digne de ce nom ne pouvait négliger.

 

 

Affublé d’une mère acariâtre et revêche selon ses propres dires, elle se devait toutefois de conserver des rapports cordiaux avec son bourreau afin que celle-ci puisse continuer à entretenir son train de vie princier.

Toutefois, lorsque l’argent venait à manquer dans les coffres du palais et que Mère ne pouvait y remédier, la Princesse n’avait pas d’autres choix que de se séparer de ses biens. Elle se retrouvait à ouvrir les portes de son espace privé à la plèbe et vendait aux plus offrant les cadeaux offerts par ses courtisanes. Bien sûr, cela lui fendait le cœur à chaque vente - mais lui emplissait le porte monnaie au passage sans en avoir déboursé un rond auparavant !mais qu’est-ce qu’une princesse ne ferait pas pour s’offrir le dernier sac Prada ?

 

 

Notre princesse n’avait vraiment pas une vie facile, jalousée de part et d’autre de la Blogosphérie, toutes les autres princesses et autres duchesses lui enviaient son charme naturel, sa bonté débordante, et surtout sa loyauté et son intégrité : jamais elle n’aurait osé dire du mal de qui que ce soit, même lors d’entretien privé et en présence de témoins, jamais elle ne bavait sur les autres (ou alors, vous aviez mal entendu, vous étiez sourde ou complètement conne bordel !)

 

Elle était si belle et si douée qu’elle suscitait naturellement la jalousie. Elle fut même contrainte d’abandonner la Cour de sa Seigneurie la Gourou de la Mode tant les courtisanes étaient devenues méchantes et envieuses d’elle.

 

Pour se protéger de toutes ses vilainies, elle était obligée de déposer des mains courantes auprès des hommes de la Maréchaussée, pleurant à chaudes larmes pour qu’ils acceptent de bien vouloir prendre en compte tant d’ignominie à son encontre.

 

 

Heureusement que dans son palais, l’attendait son Prince Charmant, matraque de 19 cm à la main, toujours prêt  à défendre sa pintade blanche et la consolait d’une petite levrette apaisante…. 

 

 

Et ils vécurent heureux, vautrés dans le luxe et le stupre, les vide-dressing et la connerie de leurs lectrices pendant quelques années… mais elle mourut subrepticement, étouffée par un macaron à la framboise*, ses préférés.

 

 

                                                                                           THE END

 

 

*Version officielle : elle serait en faite morte étouffée par sa connerie.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gallïane - dans Blogosphéérie
commenter cet article

commentaires

causes de la mauvaise haleine 22/02/2015 07:23

I just could not depart your site prior to suggesting that I really enjoyed the standard info a person provide for your visitors? Is going to be back often in order to check up on new posts

pourquoi mauvaise haleine matin 22/02/2015 07:23

Hi there are using Wordpress for your blog platform? I'm new to the blog world but I'm trying to get started and create my own. Do you need any html coding knowledge to make your own blog? Any help would be greatly appreciated!

Sandra F 16/11/2009 10:46


et bien, c'est le genre d'histoire que tu lis à tes p'ti bouts? je devrai essayer aussi sur le mien...lol


Gallïane 16/11/2009 21:27


C'est pour faire en sorte qu'elles ne deviennent JAMAIS comme ça !


lilli 14/11/2009 20:38


j'aime bien la comparaison avec la boite à meuh, tiens!


Marmotte 12/11/2009 22:31


"Boîte à meuh" c'est par-fait (comme la vie de Son Altesse) . Je suggère le Meuh d'une vache normande, sachant l'Amour qu'Elle nourrit pour cette race ...


Gallïane 13/11/2009 17:34


Ah oui ? en plus elle aime les vaches ?
Comprends pas pourquoi elle ne m'aime alors... je suis pourtant vache avec elle...


A l'Ombre des Murmures


facebookflickr twitter flickr_32.png

gmail_32.png

lesmurmures(at)gmail(point)com


 

Suivez-moi sur Hellocoton

Rechercher

Les Mosaïques des Murmures

 Body Whispers


pinup.jpg

PageRank Actuel

 

Mon Grenier