Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 08:59

Tcartesenesudouest.jpgout d'abord, un peu de géographie africaine...

Le golfe du Siné Saloum est situé au nord de la frontière de la Gambie, à environ 150 kilomètres de Dakar (la région en vert foncé en haut à gauche de la carte).
Ce delta est composé de deux fleuves qui se rejoignent avant de se jeter dans l'Océan Atlantique : le Siné et le Saloum, qui forment un parc naturelle de mangroves et de marigots d'eau saumâtre particulièrement poissonneuse et offrant un refuge sublime de forêt de palétuviers aux oiseaux.

Nous avons donc mis les voiles direction Ndangane au 3ème jour de notre séjour au Sénégal.
Comme je l'expliquais dans ce billet précédent, Dakar n'est pas une ville de villégiature, mais bel et bien une métropole active où fourmille la population, une ville relativement nouvelle qui n'offre pas de vieux quartiers historiques, et donc sans réel attrait touristique, culturel ou architectural. De ce fait, il nous fallait quitter nos hôtes pour nous rendre plus loin sur la côte et découvrir d'autres endroits.


Pour se rendre à Ndangane, pas d'autres solutions que le taxi-brousse !
Pour ceux qui ne savent pas ce que c'est, il s'agit de vieilles bagnoles de type Mercedes 7 places que l'on prend à la gare routière et qui ne partent qu'une fois les 7 places occupées (ou payées).
 A savoir que ces voitures ont généralement au moins 30 ans et 800000km, qu'elles tiennent avec du scotch et de la ficelle, qu'elles puent le gasoil et que les amortisseurs y sont inexistants !
C'est très épiquement que nous avons fait le voyage de Dakar/Mbour/Joal/Samba Dia/Ndangane ! Pas moins de 3 changements de taxi, autant de négociations de prix... en sachant qu'en bons toubabs, nous payons le double, voire le triple des locaux (ce qui les fait bien marrer d'ailleurs !) mais c'est le jeu et pour tout dire, au final, nous avons fait 150 bornes pour moins de 15 euros... et on a bien rigolé !


lodge

piscine

 

 

 

 

 

 

 

 


Cinq heures de trajet, entre asphalte et piste de latérite, nous sommes arrivés à notre lodge des "Cordons Bleus" complètement  fourbus mais repus de paysages et heureux de découvrir le village où nous allions séjourner les deux prochains jours.

 

canasson.jpg

Le lendemain matin, j'ai voulu faire une longue balade à cheval sur les rives du fleuve, avec Safari, le canasson prêté généreusement par le propriétaire de l'hôtel... vu que notre idée de départ d'une rando à cheval a été annulée puisque les chevaux du ranch que nous avions repéré étaient déjà partis depuis 10 jours !

Mais mon périple s'est soldé par une belle grosse allergie avec urticaire et difficultés respiratoires - non mais n'importe quoi moi ! - et j'ai préféré plonger dans la piscine d'eau salée pour me décongestionner (non sans avoir pris moult cortisone et anti-histaminiques).

 

Du coup, nous avons décidé de prendre la charrette et de nous laisser guider à travers la forêt protégée de rôniés (sorte de cocotiers) de Samba Dia...

 

Photo 123-2

 

... en passant par Yeyem, le petit village de notre guide Makhtar, totalement perdu et isolé en pleine terre, où celui-ci nous accueilli comme ses amis, à partager un repas de poisson épicé avec sa famille...

 

case

Dans la cour, chez Makhtar, les cases en arrière-plan sont les chambres...

 

Catherine

Catherine, la cousine de Makhtar...

 

Ce jeune homme de 29 ans, originaire de Kaolack, est issu de la mixité harmonieuse qui règne au Sénégal : d'un père Toucouleur mouride et d'une mère Sérère chrétienne, Makhtar est l'exemple parfait du métissage d'ethnies et de religions dont sont capables les sénégalais. Dans son village, Makhtar nous expliquait que les musulmans vivent aux côtés des chrétiens, sans aucune animosité, chacun vivant sa religion chez lui, chacun pratiquant son culte dans son église ou sa mosquée (situées côte à côte sur la place du village !). Mais l'animisme réunit tout le monde chaque année, au début de l'hivernage (saison des pluies) pour invoquer les esprits du Bois Sacré afin que les récoltes soient riches.

 

Mahktar1

Je dois vous dire que Makhtar est la plus belle rencontre de notre séjour !

 

Nous avons quitté Makhtar en fin de journée, avec la promesse de se rendre dans sa chambre au village le soir, pour prendre le thé sénégalais et nous avons enchaîné une balade en pirogue au milieu des mangroves...

 

pècheur

  Photo 229-2


Avec Ali, notre piroguier, nous avons pris les bras du fleuve, à la recherche des martins pêcheurs, aigrettes, ibis et autres pélicans en passant par l'île de Mar Lodj, à la rencontre des villageois qui vivent  sereinement de la pêche et de leur artisanat. Nous avons pu y découvrir la simplicité d'une vie tranquille, paisible et harmonieuse, avec des scènes de vies remplies de joie et de rires !

 

bassine2


Au détour d'une plage, nous avons même pu admirer les superbes musculatures des dieux vivants du Sénégal : les lutteurs !


Photo 186-2


Car ici, le sport national est la lutte, appelée Laamb en wolof, qui confère aux  sportifs un statut privilégié et le respect de chacun par sa nature folklorique et traditionnelle. Les jeunes ne désirent qu'une seule chose : devenir des lutteurs ! Ce qui explique le fait qu'où que vous soyez au Sénégal, vous verrez toujours des jeunes hommes courir (en marche arrière - dans des côtes si possible !) faire des pompes et des abdos, soulever des poids,  etc...

 

pirogue_nasses.jpg
Le soir venu, nous avons donc profité de l'hospitalité de Makhtar et goûté au thé sénégalais (thé à la menthe un peu plus corsé que le thé marocain). Ce garçon d'une gentillesse sans égal, aux fortes valeurs et principes, nous a parlé de son parcours, de sa vie dans son pays qu'il aime tant ! Car malgré un échec en gendarmerie, Makhtar a su rebondir et mène une vie agréable en tant qu'homme à tout faire dans l'hôtel où nous résidions. Plutôt bien payé, il peut à la fois bricoler (il fait de la menuiserie depuis qu'il a 10 ans et à construit son lit avec ses propres mains ! Une merveille !) et faire découvrir sa région aux touristes en proposant de les guider avec sa charrette à travers les pistes dont lui seul connait le chemin.
Je garde un émouvant souvenir de ce garçon qui attend aujourd'hui de rencontrer une femme qui l'aimera pour lui, et non pour son argent comme il nous l'a expliqué, et qui aide les enfants dans leur scolarité en attendant de fonder son propre foyer...


coucherdesoleil
C'est sur un magnifique coucher de soleil et la tête pleine de souvenirs, le coeur empli de chants d'oiseux et avec la promesse de garder le contact que nous avons quitté la région du Siné Saloum pour nous rendre vers la station balnéaire de Saly, où nous quittions l'Afrique pour un week end hautement touristique en compagnie de nos hôtes de Dakar...

 

A suivre...  

 

 

D'autres photos d'Elienaï sur son FlickR

Photos de Gallïane : FlickR


Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0
Published by Gallïane - dans Voyages - Voyages
commenter cet article

commentaires

delph 04/03/2010 11:15


pfouahhh!!! très très belles photos ...ça me laisse sans voix!!


Gallïane 04/03/2010 20:28


Merci ! ^^


Melon 03/03/2010 19:10


Je suis déjà allée au Sénégal. J'ai été frappée par l'hospitalité sénégalaise, les sourires, la gentillesse.
Le Sénégal, c'est avant tout des rencontres. Et vous le décrivez si bien!!!
Ca donne envie d'y retourner....!

Bonne route!


Gallïane 04/03/2010 09:15


Il est évident que lorsqu'on a mis les pieds une fois au Sénégal, on n'a qu'une envie : y retourner ! J'ai vraiment été frappé moi aussi par l'accueil chaleureux, l'hospitalité et la
gentillesse... ça change des têtes mornes de nos compatriotes ! ;) 

Merci d'être passé par là...

(j'adore tes dessins ! ^^) 


Galstar 02/03/2010 22:36


Je sens le soleil me caresser le visage rien qu'en lisant le texte.
Avez-vous ramené un échantillon de sable ou de terre?


Gallïane 03/03/2010 20:18


Ben maintenant que tu en parles, on n'y a pas pensé... du coup, on va être obligé d'y retourner pour en prendre !


Swann 02/03/2010 13:09


Salut!
Je suis bien contente d'avoir découvert ton blogue.
J'ai moi-même vécu au Sénégal, à Dakar pendant 7 ans. Alors lire ainsi ces lieux et tes aventures me rappellent de bons souvenirs.
Tu pourras aller jeter un oeil sur un de mes articles, j'en parle un peu. ;)
http://swannfreslon.wordpress.com/2009/12/14/africa/

Au plaisir de lire la suite de ton périple! 


Gallïane 02/03/2010 18:48


Merci pour ta visite et heureuse que le blog des Murmures te plaise...
Je vais de ce pas jeter un oeil sur tes articles sur l'Afrique ! ;) 


shalima 02/03/2010 12:28


Génial de pouvoir lire tes mots sous  tes photos qui m'ont bien fait voyager ce WE ! Rhaaa, qu'il me tarde de faire pareil !
(d'ailleurs, très joli effet sur tes photos, c'est fait en "post-prod" ?)


Elienai 02/03/2010 12:44


En fait, on utilisait vraiment pour la première fois sur le terrain notre nouveau combo appareil/objectif, et on a dessus un mode sténopé qu'on trouvait très intéressant, avec ce contraste et cette
saturation caractéristiques. Malheureusement, il ajoute également un très fort vignettage. Mais sur la fin du séjour, j'ai trouvé comment régler en manuel pour obtenir la même chose sans ce
vignettage parfois très envahissant.

Donc en post-prod, il n'y a pas grand chose : ajustement des courbes et niveaux systématiquement. Une petite correction des couleurs parfois, et c'est tout.


A l'Ombre des Murmures


facebookflickr twitter flickr_32.png

gmail_32.png

lesmurmures(at)gmail(point)com


 

Suivez-moi sur Hellocoton

Rechercher

Les Mosaïques des Murmures

 Body Whispers


pinup.jpg

PageRank Actuel

 

Mon Grenier