Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 20:09

Bullying-at-school-pic.jpgJe ne vous ferai pas l'affront d'un énième billet dans lequel je décrirai ma journée de rentrée, il me semble qu'elle a été la même pour tout parent ayant dû se charger de cette corvée.

Et on en a assez bouffé de la rentrée !


En revanche, je vous parlerais bien d'un phénomène que l'on retrouve partout, dans toutes les écoles, partout dans le monde : le harcèlement scolaire ou bullying en anglais.

 

En fin d'année scolaire, ma fille aînée s'était disputée avec ses copines, pour x ou y raisons dont je n'avais cure car j'estime qu'il s'agit de leurs problèmes d'enfants et qu'elles sont capables de régler leurs problèmes entre elles. Elle m'avait dit que les dernières semaines, les filles n'avaient pas été tendres avec elle, mais je m'étais dit qu'avec les grandes vacances, tout cela serait du passé à la rentrée. Après tout, rien de plus normal dans les relations sociales enfantines que de se disputer. Les "Jte cause, jte cause plus, t'es plus ma copine ! " sont monnaie courante dans les cours de récré et changent avec le sens du vent et la couleur de la casquette du capitaine.

A la fin des vacances, j'ai reçu un mail d'invitation d'anniversaire d'une des copines qui invitait tout le groupe. J'ai pensé que l'histoire était bel et bien oubliée. Sauf que c'était une erreur de destinataire et que nous n'aurions jamais dû le recevoir. Heureusement que je n'en avais pas parlé immédiatement à ma fille, sans quoi elle l'aurait mal vécu. 

J'espérais juste que les gamines ne parleraient pas de cette fête devant ma fille pour ne pas lui faire de la peine de ne pas avoir été invitée. Sauf qu'il n'en a pas été ainsi. Avant même la rentrée, ma grande angoissait à l'idée de retourner à l'école, de revoir ses "copines". Et ce qu'elle appréhendait s'est révélé exact : les copines étaient toujours liguées contre elle. Constatant que ce qui se passait traumatisait ma fille, j'ai discuté avec elle et je lui ai proposé de parler à ses copines.

 

bully7

 

Ce matin, j'ai donc pris le temps d'aller discuter avec le petit groupe de filles. Je ne les ai pas disputées, ni réprimandées. Je leur ai juste demandé leur version des faits, pourquoi elles ne parlaient plus à ma fille, ce qu'elle leur avait fait. Des histoires de gamines, de secrets révélés et de trahison, voilà ce qu'elles m'ont dit. Rien de plus normal à cet âge.

Cela dit, je leur ai quand même demandé si elles trouvaient normal d'être méchantes à cause de cette histoire. Qu'elles ne lui parle plus, je comprends, elles en ont le droit, mais pourquoi se moquer d'elle dès qu'elles en ont l'occasion, sur ses vêtements ou sa coiffure ou n'importe quoi. Pourquoi la pousser dans les couloirs et faire style "Oups ! J'ai pas fait exprès !"... Ça non, je ne l'accepte pas. Je sais bien que c'est l'émulation de groupe, le fait d'être 5 contre 1, que ça rend plus fort(e) mais je voulais qu'elles prennent conscience que leurs gestes n'étaient pas anodins.

J'ai continué à leur expliquer, toujours sans les fâcher, qu'on avait le droit d'être en colère contre une copine, de ne plus "l'aimer", de ne plus lui parler, mais que ça devait s'arrêter là. Je sais que ma fille est malheureuse du fait que ses amies ne lui parlent plus et d'avoir été exclue du groupe, mais qu'elles ne lui parlent plus est moins pire que d'être leur victime quotidienne.

Si deux des gamines ont baissé le nez comme si je les avais pris en flag, l'une d'elles m'a dit qu'elle était d'accord avec tout ça et m'a pris par le cou pour me faire un gros bisou avant que je ne parte. J'en ai conclu que je ne m'en étais pas trop mal sortie, que je ne m'y étais pas trop mal prise. Et ce soir, j'ai eu confirmation en trouvant cette même gamine assise à côté de ma fille en étude, en train de faire un dessin avec elle. La petite m'a dit : "Tu vois, j'ai réfléchi et oui, c'est bête. J'ai décidé de reparler à H."

 

bullying_issue77_530.jpg

 

On m'a demandé sur Twitter pourquoi je ne m'en étais pas remise à l'instit pour régler ce problème, histoire de ne pas stigmatiser ma fille et d'être vu comme la mère-dragon qui intervient au sein de l'école. Pour moi, c'est l'inverse, c'est le fait que les parents en parlent à l'instit qui stigmatise l'enfant, le fait que le prof intervienne, parfois devant la classe.

Je connais ces enfants depuis la maternelle, je les connais bien, elles sont toutes venues plusieurs fois à la maison, elles m'aiment bien. Je me suis dit que parler avec elles, sans les disputer, serait plus efficace que d'en parler soit aux parents, qui pourraient disputer leur progéniture, soit à l'enseignant, qui n'est souvent pas au fait des histoires de cours de récré.

Ai-je eu raison ou tort, je ne sais pas. Je n'ai pas la science infuse en matière d'éducation, je fais au feeling, comme je le sens. On verra dans les semaines à venir ce qu'il en sera...

 

Je me suis juste rappelée avoir vu un documentaire sur le harcèlement à l'école, ce que les anglophones appellent "bullying". Ce procédé est terrible pour les enfants, traumatisant, voire mortel dans certains cas extrêmes. J'avais été horrifiée par les techniques utilisées par des mômes parfois tout juste sortis de la maternelle pour faire souffrir leurs congénères.

Que ce soit du racket, du harcèlement moral ou des attaques physiques, la cruauté des enfants et des adolescents est totalement terrifiante. Et elle nous laisse nous poser beaucoup de questions :

Ces comportements sont-ils naturels genre loi du plus fort, sélection naturelle, etc ?

Sont-ils induits par l'éducation, l'environnement familial, la société ?

Quelle est la place et l'influence de la télé et des jeux vidéos dans ce type de comportement ?

 

Quoi qu'il en soit,  ce qui comptait, c'était de protéger mon enfant de la souffrance...

Insctinct naturel ou maternel, allez savoir ?


Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0
Published by Gallïane - dans La Vie de Famille
commenter cet article

commentaires

comment soigner la couperose 15/02/2015 09:14

There are actually plenty of details like that to take into consideration. That is a nice level to carry up. I offer the ideas above as basic inspiration however clearly there are questions just like the one you convey up where crucial factor shall be working in trustworthy good faith. I don?t know if greatest practices have emerged round things like that, but I am sure that your job is clearly recognized as a fair game. Each boys and girls feel the affect of just a moment's pleasure, for the rest of their lives.

remède psoriasis 15/02/2015 09:14

Have you ever considered about adding a little bit more than just your articles? I mean, what you say is valuable and all. Nevertheless imagine if you added some great pictures or videos to give your posts more, "pop"! Your content is excellent but with images and video clips, this blog could certainly be one of the most beneficial in its niche. Awesome blog!

Hachi 15/01/2013 08:43


Je suis à la bourre... Mais c'est un sujet parlant et je suis surprise de voir tant de témoignages! Pas que je pensais être la seule, mais j'espérais rare... 


Bref, moi aussi j'ai été victime de ce genre de phénomène, jusqu'à la fin du collège... Heureusement, j'avais aussi de très bonnes amies pour m'aider à me sortir de tout ça... 


En parler aux parents, c'est déjà un signe de confiance et ça aide pas mal... Et tu as, je pense, su gérer la situation...


Me concernant, ça c'est terminé lorsque j'ai fini par tomber malade rien qu'à l'idée de mettre les pieds au collège, c'est seulement là que mes parents ont fini par apprendre... Autant dire que
eux, ça n'a pas été calme du tout, les parents ont été appelé, mon père a hurlé, la principale a menacé d'expulsion la responsable... Après ça, c'était à moi de faire le boulot pour me
remettre... Avec succès!


 


J'espère toujours quelque part ne pas à avoir à affronter ça avec mes futurs enfants... J'ai peur de ne pas avoir ton calme, et si mon enfant est responsable de ce genre d'agissement, je ne sais
pas bien comment je réagirais... 


Bravo pour ton sang froid! 

Ninie Pouce 14/09/2012 15:57


Pour avoir été victime de ce genre de choses en classe de seconde, j'aurai aimé que quequ'un prenne intelligemment les devants comme tu l'as fait, calmement et intelligemment.


J'ai été prise en grippe par une espèce de harpie, sans raison aucune, qui me menacait de me péter la gueule. Ses "copines" prenaient un malin plaisir à lui rapporter que je l'insultais pour
attiser le feu, alors qu'en trouillarde, je ne sifflais mot puisque qu'avec mes 38 kilos, elle aurait fait de moi de la chair à paté.


J'ai pu respirer de nouveau quand cette cinglé a arrêter l'école pour cause de maladie, une de celle qui fait devenir maman.

Je l'ai recroisé plus tard dans une boite où elle est encore venue m'emmerder sauf que la petite trouillarde ne se laissait plus faire par les pauvres filles dans son genre. 

Gallïane 17/09/2012 20:19



Eh ben dis donc, t'as pas eu une enfance facile toi ! :/


J'espère que ça va mieux maintenant ! 



Mnêmosunê 12/09/2012 18:44


Je ne suis pas maman, alors je ne sais pas du tout ce que tu peux ressentir. En revanche, je trouve ton comportement correct et réfléchi : peut être qu'introduire un "tiers" (enseignant, parents
des gamines) qui n'avaient pas suivi l'affaire ça aurait pu (potentiellement) envenimer l'affaire et braquer certaines personnes.


+1 donc.


Je voudrais juste revenir sur les questions que tu poses à la fin. J'ai 28 ans, et on va dire que j'ai longtemps été bouc émissaire pour tous les prétextes possibles et imaginables (surtout
farfelus) dans ma jeunesse, jusqu'à l'age adulte où ça s'est calmé (ça s'est terminé en fait en allant bosser :) ).


Vu mes 28 ans, je ne crois pas que les jeux vidéos aient entrainé ce phénomère, au plus ont ils un peu banalisé la violence (mais bon, à 10 ans j'ai bouffé un mur en crépi pour rien et à
l'époque, les jeux vidéos n'étaient pas violents). Le milieu social, je ne sais pas non plus si cela a une influence. J'ai fréquenté durant ma scolarité des personnes de tous milieux (je
déménageais tous les 4 ans) et je n'ai pas vu de grande différence entre les populations. Par contre, l'éducation doit sans doute avoir un rôle à jouer mais lequel ? Est-ce que le vrai problème,
ce ne serait pas, plutôt, le fait que personne ne se parle (c'est d'ailleurs en communiquant que tu as résolu le conflit) ?


Je lance des idées comme cela, je n'ai pas la réponse... Mais cette histoire me rappelle quelques souvenirs :)

Gallïane 13/09/2012 10:01



Tu soulèves des points intéressants, qui me paraissent sensés. Comme toi, j'ai pas pal souffert pendant toute ma scolarité et comme toi, je ne pense pas que l'influence de la télé ou des milieux
sociaux étaient en cause... mais depuis notre époque, pas mal de choses ont changé et les clivages sont de plus en plus omniprésents, d'où le fait que je me pose cette question. A laquelle je
n'ai pas de réponse non plus...


En tout cas, je suis totalement d'accord avec toi sur le fait que c'est la communication la clé !



A l'Ombre des Murmures


facebookflickr twitter flickr_32.png

gmail_32.png

lesmurmures(at)gmail(point)com


 

Suivez-moi sur Hellocoton

Rechercher

Les Mosaïques des Murmures

 Body Whispers


pinup.jpg

PageRank Actuel

 

Mon Grenier