Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 septembre 2010 4 09 /09 /septembre /2010 12:00

Screaming-Kid.jpg

Une semaine après la rentrée, il fallait que je vous raconte un peu la tournure des évènements.

 

Finalement, je n'ai pas trop eu le temps d'être seule et de déprimer, pas mal de choses à faire pour se mettre en route en ce début d'année scolaire entre autre.

 

Hormis le passage obligatoire et rébarbatif au supermarché pour l'achat de ces satanées fournitures scolaires, ce combat folklorique entre les rayons avec des mères belliqueuses et des enfants capricieux, slalomant entre les tubes de colle UHU et les crayons HB... j'ai survécu, non sans mal (au cou) à cette épreuve digne des Douze travaux d'Hercules.

 

Mais il y a pire encore.

Oui, pire je vous assure.

 

Chaque matin, je parcours mon chemin de croix.

Car la route est longue, sinueuse et dangereuse pour atteindre le Nirvana.

 

Chaque matin, une fois déposée ma grande dans la cour de l'école primaire, challenge extrêmement aisé consistant à laisser l'enfant au milieu de la cour tandis qu'elle se jette sur ses copines... je dois ensuite enchaîner par une épreuve marathonienne en me rendant dans la partie maternelle. Et là, s'enchaînent des scènes d'apocalypse dignes des plus grands films de guerre :

Des enfants qui pleurent, qui hurlent, des parents excédés, qui hurlent également. J'ai croisé un père costard-cravate, en partance pour Wall Street certainement, dans un état plus second que celui de sa gamine et qui l'injuriait, la sommant d'arrêter sa comédie parce qu'il n'allait pas supporter ça chaque matin. Il eut été raisonnable pour cette enfant de cesser toute affaire cessante sous peine de finir dans un congélateur.

Les cris peuvent parfois surgir de nulle part, sans prévenir et vous coller un acouphène pour la journée, tandis que vous tentez désespéremment d'atteindre la salle de classe de votre chère tête blonde qui, bien évidemment, se trouve tout au fond du couloir.

Avec un jeu de jambes digne de Fred Astaire et Ginger Rogers, vous tentez de passez au travers des feux d'artillerie de vomis. Les miasmes sont partout : morve, bave, larmes... tout est bon pour vos donnez l'envie subite de vous déplacer en combinaison étanche pour éviter toute attaque de ces armes biologiques de destruction massive.

 

p5_combi-1238774725.jpg

 

Et c'est sans compter sur les pièges tendus par la maternité qui pointe le bout de son ventre à chaque porte-manteaux ! Une épidémie digne d'un Romero qui se propage comme une une colonie de champignons. Chaque mère d'un enfant agé d'environ 3 ans et 6 mois se retrouve dans un état proche de la barrification en attente de démoulage, imposant aux personnes encore saine de corps et d'esprit d'éviter tout contact afin d'échapper à la contamination baleinesque.

Ma plus grand peur étant le jour de l'éclosion de tous ces oeufs qui sèmeront la terreur, en plus des cris et hurlement de leurs frères et soeurs aînés, par les pleurs des nourrissons qui auraient préféré rester bien au chaud dans leur utérus plutôt que de subir ces attaques scolaires matinales.


Cela dit, dans mon malheur, j'ai la chance d'avoir procréé l'enfant la plus zen que la terre ait pu porter puisque que ma chère et tendre Tornade entre en classe sans la moindre hésitation, dans la joie et la bonne humeur, oubliant même d'embrasser sa pauvre mère et c'est limite si elle ne me jette pas comme une malpropre si je reste trop longtemps à l'observer sur le pas de la porte. Après tous les risques que je prends pour l'y conduire, elle préfère l'école au sein de sa mère... Ingrate ! 

 

Il va sans dire qu'on ne revient jamais vraiment intact d'un tel parcours du combattant, les séquelles sont nombreuses et l'envie de fuir vous colle à la peau comme un tregging sur une blogueuse mode.

Mais je tiens bon la barre, et à chaque jour suffit sa peine... je m'offre à peine rentrée dans mon Home sweet home une maigre consolation en me goiffrant de Kinder Country.

 

 

On n'a pas une vie facile, nous les mères de famille.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0
Published by Gallïane - dans La Vie de Famille
commenter cet article

commentaires

boogiecat 16/09/2010 12:43



Etant maman d'un modèle à sirène j'ai bien ri à ta description ! Merci pour cette vision dantesque de la cour d'école.



Gallïane 17/09/2010 14:59



On va dire que ça commence à s'apaiser... mais y'a encore des hurlements de part et d'autres du couloir (et la mis bas n'a pas encore commencé chez les baleines échouées)



Acouphene 16/09/2010 11:58



Je me lasse pas du coup des congélateurs



Gallïane 17/09/2010 15:01



Moi non plus.


 


(faut que j'ne achète un plus grand, elles grandissent à une allure)



Galstar 13/09/2010 02:25



A croire que les barriques s'ennuyaient entre janvier et mars de cette année... Y-a rien de tel pour penser à
castoriser!



Gallïane 14/09/2010 10:09



Ah oui on dirait bien que l'hiver est rude chez les primipares ! :D



Chuchu 11/09/2010 11:51



C'est donc ça qui m'attend ? Brrrr j'en frissonne... je vais réfléchir à l'école à la maison... en fait non :)



Gallïane 11/09/2010 14:44



Ah non, ça peut bien se passer... (ou être pire ! :D)



Clyne 10/09/2010 12:36



Ma mère est ATSEM en maternelle justement, je l'ai appelée la semaine dernière pour lui demander comment s'était passée la rentrée (elle gère les petits en plus) et elle m'a dit que comme tous
les ans elle en avait plein les oreilles !
Contente de rentrer à la maison le soir ! :D



Gallïane 10/09/2010 12:41



Je m'en rappelle, tu me l'avais dit, c'est pour ça que mon com allait dans ce sens... et pour avoir déjà fait un stage en petite section, et ben j'ai su que je ne ferai pas ça toute ma vie !
Chapoba à ta maman ! ;)



A l'Ombre des Murmures


facebookflickr twitter flickr_32.png

gmail_32.png

lesmurmures(at)gmail(point)com


 

Suivez-moi sur Hellocoton

Rechercher

Les Mosaïques des Murmures

 Body Whispers


pinup.jpg

PageRank Actuel

 

Mon Grenier