Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 12:45

robe-hell-bunny-5.JPGQuand on souhaite être une pin up digne de ce nom, outre la lingerie retro, les soutien-gorges coniques, les gaines, les jarretelles et les bas coutures... une femme se doit d'avoir une sublime garde-robe.

 

A l'occasion de la Glitter Fever à laquelle je compte me rendre le 21 avril prochain, il fallait donc que je me trouve LA robe adéquate. Une robe à la fois rétro, élégante, originale et en accord avec la soirée.

 

Je me suis donc penchée sur la question en début de semaine dernière et en arpentant le site Hell Bunny, je suis tombée amoureuse de l'une de leurs robes 50' absolument magnifique : toute en satin noir, avec un tulle pailleté par dessus, un gros noeud sur le décolleté, des bretelles croisées dans le dos... avec le jupon assorti pour un effet gonflant, je me voyais déjà telle une star de cinéma...

 

Bon ok, j'en fais un peu des caisses, mais honnêtement, cette robe est une tuerie !

 

Jugez-en vous même...

 

robe-hell-bunny.JPG

 

robe-hell-bunny-2.JPG

robe-hell-bunny-3.JPG

 

Robe Roxanne Hell Bunny trouvée sur la boutique Soho's

 

robe-hell-bunny-4.JPG

 

robe-hell-bunny-6.JPG

 

 

Dans la foulée, je me suis trouvée également un nouvel ensemble pour un personnage burlesque, très douce et rétro à souhait, culotte haute, soutien-gorge en perle... j'aime beaucoup le style que ça donne !

 

robe-hell-bunny-7.JPG

 

robe-hell-bunny-8.JPG

 

robe-hell-bunny-9.JPG

 

Ensemble rose poudré et soutien-gorge en perle Ann Summers

 

 

Bon, pour la petite anecdocte, il faut savoir que le soutien-gorge de l'ensemble est ouvert au niveau des seins, ça, je l'avais vu puisque j'aimais justement l'idée, vu que je le porte avec des nippies sous le soutif en perles... mais la culotte haute, elle, est... fendue !

J'ai plus qu'à prendre du fil et une aiguille et recoudre la culotte si je ne veux pas montrer toute mon intimité pendant mes shows...

 

Décidément, le rétro est so glam !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Gallïane - dans Let's Be Burlesque
commenter cet article
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 17:30

C'est le printemps, le soleil brille, les oiseaux chantent, les jupes courtes sont de retour et l'envie de voyager aux quatre coins de la France se fait de nouveau sentir !

 

Chaque année, c'est la même chose, dès que les beaux jours reviennent, on a tous envie de voir si l'herbe est plus verte ailleurs.

 

Du 20 mars au 11 avril, la SNCF vous propose une promotion inédite, la promo Mini Groupe. Partez à 2, 3 , 4 ou 5 : plus vous êtes nombreux, moins vous payez !

 

affiche_SNCF.gif

 

Vous l'aurez compris, l'idée est simple, il suffit de voyager ensemble de 2 personnes minimum à 5 personnes maximum, sur le réseau TGV et les Intercités pour des voyages entre le 11 avril et le 15 mai 2012, achat 3 jours minimum avant le départ en gare, en boutique SNCF, en agences agréées SNCF, au 3635 ou sur le site www.voyages-sncf.com.  

(L'offre est valable en 1ère et 2nde classe sur une sélection de trains et de destinations et les billets ne sont ni remboursables, ni échangeables.)

 

Mais ce n'est pas tout !

Le groupe hôtelier ACCOR, partenaire de la SNCF, propose une remise exceptionnelle de 10 à 20% pour des séjours de 4 à 9 nuits en studio ou 2 pièces dans un Aparthotel Adagio réservé en même temps que le billet de train, sous réserve de disponibilité à ce tarif.

(Cette offre doit être prépayée par carte bancaire, elle est non annulable, non échangeable et non remboursable.)

 

Par exemple, vous décidez d'aller visiter la Capitale des Gaules entre copains épicuriens, pour se faire péter le bide à coup de cochonnailles et s'avinasser au Côtes du Rhône : le Paris-Lyon à 5 est à partir de 18 euros par personne !

Ou si vous avez une soudaine envie de fricadelle, de bière et de gaufres fourrées, vous prenez vos mioches sous le bras et hop, un petit Paris-Lille à 4 à partir de 16 euros par personne.

Ou encore, vous décidez d'emmener votre amoureux visiter les calanques marseillaises : le Paris-Marseille est à partir de 40 euros par personne.

glitter fever XIII

 

Personnellement, mon choix s'est porté pour un Clermont-Paris le week-end du 21 avril, pour me rendre à La Glitter Fever, la treizième édition de ce cabaret burlesque immanquable où se réunissent les plus grandes performeuses burlesques de Paname...

 

Et je compte bien embarquer deux ou trois copines, histoire de profiter de l'offre, et de bien s'amuser entre girls !

 

 

 

Et vous, où aimeriez-vous partir ?

Rendez-vous sur http://tgv.com/fr/reservez-votre-billet

 

Article sponsorisé

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
5 mars 2012 1 05 /03 /mars /2012 09:16

grazia-fashion-week.jpgCe que j'aime pendant la Fashion Week, c'est de découvrir toutes les nouvelles tendances de la mode :

 

Ce que les créateurs ont réussi à imaginer alors que même les auteurs de science-fiction ne pourraient les concevoir...

Les trucs qu'on ne portera jamais parce qu'on ne sait pas comment ça doit se porter...

 

Les afficionados des défilés qui ne s'épargnent rien pour se faire remarquer en se lookant avec les rideaux de leur grand-mère et les derniers sacs Albal ultra résistants et parfumés...

Bref, j'adore la mode !

 

Chaque jour pendant la semaine de la mode, Grazia nous propose de découvrir toute la beauté et l'originalité des derniers défilés parisiens dans des vidéos funky !

 

mode3.jpg

 

Autant vous dire que je suis subjuguée par la créativité des créateurs, comme chez Cacharel, où on remet le bonnet de bain au goût du jour :

 

 mode3-copie-1

 

mode4.jpg

 

fashion_week_grazia001.jpg

 

Les fashionistas sont également fabuleuses et je m'extasie devant leur inventivité comme ces jeunes filles qui ont eu le bon goût de remettre en avant la mode ethnique améridienne :

 

grazia-fashion-week2.jpg

 

Heureusement, Jean Paul Gaultier est là pour relever le niveau et soulager la femme des affres de la vie quotidienne en rendant fashion les-yeux-de-panda-sous-la-mousson, de quoi permettre à toute à chacune d'être à la mode pendant les giboulées de Mars :

 

grazia-fashion-week3.jpg

 

Evidemment, on ne pourra qu'admirer le style et le raffinement des spécialistes de la mode, ceux et celle qui crééent les tendances, qui font que vous et moi, nous porterons du violet par exemple :

 

mode1.jpg

 

Enfin, on poussera des oooh et des aaah devant les podiums miroitant de milles flashs, on s'extasiera, on s'émerveillera et on rigolera surtout quand les mannequins feront des vols planés depuis leurs plateformes shoes !

 

C'est ça la Fashion Week à Paris !

 

fashion week grazia015

 

Et pour voir tout ca, hop, on clique sur les vidéos Chic ! C'est la Fashion Week et on remercie Grazia pour cette bonne idée là !

 

Moi, je m'en vais défiler dans ma cuisine !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 15:20

bourjois-bleu-violet.jpgSi un jour on m'avait dit que je deviendrais accro au nail art, j'aurais ri à m'en faire pipi dans la culotte !

 

Non parce que j'ai beau aimé me peinturlurer les ongles, je n'étais pas vraiment attirée par l'aspect artitisque de l'affaire. Je suis surtout une accro au rouge, tous les camaïeux de rouge, mais pas spécialement des autres couleurs. Donc autant dire que j'étais loin d'apprécier le nail art qui a quand même la grosse tendance d'utiliser un max de couleurs diverses et variées, plus pétantes les unes que les autres. Sans compter sur les motifs que je trouvais jusque-là cul-cul-la-praline.

 

Jusqu'à ce que je tombe sur le blog de Pshiiit, et là, j'ai découvert que le nail art, ce n'était pas des ongles longs coupés au carré avec une french à la Jersey Girl et des strass par-dessus.

Non, j'ai découvert que le nail art pouvait être joli, mignon, kawaï, élégant, rock, sexy... et de bon goût.

 

Mon  premier coup de foudre en visitant de long en large le blog de pshiiit fut le rainbow nail.

 

Alors chez elle, ça donne ça :

arc-en-ciel-scotch-1.jpg

 

Et chez moi, ça donne cette catastrophe :

 

color-block-1610.JPG

 

En fait, mes bandes de scotch étaient trop épaisses et les stries de vernis multicolores ne devaient pas être assez sèches ce qui donne cet aspect caca délavé. Sans compter que j'ai pris la photo avant d'avoir nettoyer le tour de mes ongles. Bravo le veau !

Mais qu'importe, j'ai adoré et dès que j'aurai trouvé du stripping tape pour faire des bandes fines, je recommencerai.

 

Les deux étapes décomposés qui montrent à quel point je suis une quiche en manucure :

 

color-block-1602.JPG color-block-1608.JPG

 

Emportée dans mon élan, j'ai décidé d'improviser en réalisant une french bicolore avec un Agnès b. Pink Strass et un Agnès b. Miroir. Peu convaincue par le résultat... je crois que je n'aime définitivement pas la french... et je ne suis pas plus douée avec des oeillets qu'avec le scotch :

 

color-block-1631.JPG

 

Du coup, après un achat compulsif et influencé par @lafiguepourrite chez Sephora pour un gris pailleté, j'ai jeté mon dévolu sur ce nail art au scotch très rock :

 

a-england-ascalon.jpg

 

Pour le coup, je m'en suis mieux sortie qu'avec le rainbow, et je trouve ce nail art beaucoup plus sympa et proche de mon look que la french bicolore :

 

color-block-1650.JPG

 

J'ai encore un peu de boulot avant d'être au top mais ça commence à ressembler à quelque chose. Et ça m'éclate !

 

Du coup, j'ai bien envie d'enchaîner sur cette manucure avec le nouveau vernis Bourjois Rainbow Apparition ou encore un rose qui pète comme le Disco Biscuit de Butter London :

 

bourjois-rainbow-apparition-3.jpg butter-london-disco-biscuit-4.jpg

 

Ah oui alors chose importante pour le nail, avoir une bonne base, un bon sèche-vite et un bon top coat... et des petits doigts qui ne tremblent pas ! 

 

Sinon, encore une belle preuve qu'il ne faut jamais dire fontaine...

 

Crédit photo : pshiiit.com

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 15:52

secretary3.jpgAurais-je déserté ce blog ?

Serait-ce la fin d'A l'Ombre des Murmures ?

Je me pose cette question depuis quelques temps.

 

Le fait de ne plus publier hebdomadairement, de ne plus écrire que sporadiquement annoncerait-il la fin d'un temps révolu ?

 

Je ne sais pas. Je n'arrive pas à prendre la décision d'arrêter totalement ce blog, comme une nostalgie de ces cinq ans passés à raconter ma vie sur cette toile virtuelle. Cinq ans de bavardages futiles et inutiles, mais ô combien salvateurs. Cinq ans de partage avec les lecteurs, cinq ans pendant lesquels j'ai évolué dans une communauté, dans laquelle j'ai tissé des amitiés, parfois des inamitiés.

 

Mais je m'éloigne doucement de ce monde, de cette blogospère parfois étouffante. Certainement depuis que jai pris la décision d'arrêter de bosser dans ce domaine qui m'a bouffé toute l'année passée.  Je crois qu'à un moment donné, il faut voir la réalité en face : je n'avais plus goût à écrire. Du moins, à vous conter mes (més)aventures.

 

Cela dit, j'ai parfois encore des choses à dire, une anecdocte par-ci par-là, des photos que j'ai envie de vous montrer, des jeux auxquels participer, des tests à partager... Non, décidément, je n'arrive pas à mettre un point final à ce blog. 

 

Alors je vais publier à mon rythme, totalement irrégulier, pas de rendez-vous précis, pas d'obligation... quelque part, un soulagement. Car oui, parfois, publier tous les jours pouvait devenir une contrainte, et au lieu de vous pondre un article merdique pour combler le vide, je préfère ne venir que lorsque j'aurai un truc sympa à vous dire. Finalement une question de respect pour moi-même et pour vous, une relation franche et honnête.

Je n'écrirai que lorsque j'estimerai que le sujet vaut la peine d'être partagé, quand mes projets me laisseront le temps de prendre le temps de vous les raconter, quand mon cerveau sera moins accaparé par les tonnes de choses que j'ai mis en route cette année. Alors, l'envie reviendra... Et rassurez-vous, il y aura toujours autant de futilités et de conneries par ici, il est hors de question de changer une formule qui marche. On pourrait même envisager de refaire une mosaïque...

 

Et puis un jour certainement, nous nous dirons adieu, mais pas encore...

... pour l'instant, je suis encore là ! 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Gallïane - dans Murmure du jour
commenter cet article
10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 13:00

wonder-maman.jpgParfois, dans la vie d'une femme, le don d'ubiquité ou la possibilité de se cloner serait un atout.

 

Mais lorsque nous sommes dépourvues de superpouvoirs, nous les mamans, sommes des monstres d'efficacité.

 

 

Tout a commencé mercredi vers minuit, quand la Tornade est venue me réveiller en me disant qu'elle avait vomi. Habituée aux régurgitations de sa grande soeur depuis 8 ans, je m'attendais à en retrouver partout dans son lit. Elle avait en fait eu le temps de se rendre dans la salle de bain où se trouvent les toilettes les plus proches, mais avait raté de quelques centimètres la cuvette, se répandant par conséquent sur le tapis de bain d'à côté.

Le temps de venir me voir et de repartir, elle n'avait encore pas eu le temps d'atteindre les toilettes et s'était répandue une seconde fois, dans le couloir entre notre chambre et la salle de bain. Décidément, c'était pas le soir, enfin la nuit quoi !

Monsieur s'est levé afin de s'occuper de la Tornade qui, enfin, enlaçait tendrement la cuvette, tandis que je m'armais de moult papiers absorbants, éponges, serpillières et seau d'eau.

 

Gavage3.png

©Nathalie Jomard

 

La pauvre enfant avait dégobillé dans ses cheveux et sur ses pieds, il fallut donc la laver, tandis que je nettoyais le sol, les plinthes, les portes, partout où ce satané vomi avait éclaboussé. D'ailleurs, si quelqu'un pouvait m'expliquer pourquoi la vomissure a le pouvoir de s'incruster partout, dans le moindre recoin, ça serait bien urbain, merci ?

Nouveau pyjama, fatigue, froid... la petite se recouche pour aussitôt reposer un pâté dans son lit. (je me disais bien aussi, qu'une gastro sans changer des draps, c'est pas une gastro !)

Rebelote et dix de der, douche, changement de pyjama, de draps, nettoyage de sol et de lit.

Cette fois, on ne la recouche pas immédiatement, on lui enfile sa robe de chambre, la couvre d'une couverture et lui donne un seau tout droit sorti d'un kit de jouets pour faire le ménage, comme quoi les jouets sexistes peuvent trouver une véritable utilité.

 

tornade-malade.jpg

 

Et pendant que je finis de nettoyer et ranger, la pauvre enfant vomit tripes et boyaux, pour arriver au stade où n'ayant plus rien à rendre, elle a des haut le coeur sans que rien ne sorte. Et ça fait bien de la peine de la voir dans cet état...

Nous finissons par tous nous recoucher, Monsieur se rendort très vite, mais moi, je veille. Ce qui tombe plutôt mal puisque le lendemain matin, je suis sensée intervenir sur le plateau d'une émission de télé locale pour parler de mon activité burlesque. Mais je fais bien, parce que la pauvrette n'a de cesse d'avoir des nausées. Je me lève plusieurs fois dans la nuit pour l'aider avec son seau, nettoyer son visage, la rafraîchir, la réconforter.

Autant vous dire qu'au niveau sommeil réparateur, on repassera. J'imagine déjà les cernes et la tête dans le fondement que je vais me coltiner. Mais si tout devait toujours bien se passer, ça se saurait !

Bref, après une nuit très agitée entre maux de ventre et vomito, sans doute 2 heures de sommeil maxi, la famille se lève pour prévenir école et médecin, tandis que Monsieur prend ses dispositions pour rester à la maison jouer le garde-malade et que je me prépare pour mon intervention télévisée.

 

wonderMummy

©Sophie Guerlais

 

S'ensuit une journée de folie : je pars à l'enregistrement de l'émission Plateau Central sur Clermont Première, puis retour à la maison pour mater la dite émission, suivie d'un repas frugal. Monsieur emmène ensuite la Tornade chez le médecin, j'en profite pour faire le ménage (oui, en cas de gastro à la maison, je récure absolument toute la maison, ouvre les fenêtres en grand et diffuse des huiles essentielles pour tenter de me débarrasser du virus... Oui, je suis un peu parano !).

Pendant que la petite fait une petite sieste, je file à la pharmacie récupérer les médicaments de la puce, faire quelques courses à la supérette du coin pour l'organisation de mon atelier burlesque de dimanche, puis récupérer la grande soeur à l'école. Nous rentrons faire le goûter pour repartir dans la foulée au Conservatoire où elle a une audition de piano. Une heure plus tard, nous rentrons... heureusement le Papa a fait le repas.

Reste encore à préparer les affaires pour le lendemain, étendre une lessive, coucher tout le monde et enfin, s'asseoir sur le canapé à 21h, se rendre compte qu'on est devant un nanard sur SyFy (Boa Vs Python - Ne JAMAIS regarder plus de 5 min). Le temps de retrouver nos esprits et de se mettre un épisode de Downton Abbey... et la migration vers le lit n'a pas fait long feu.

 

wondermum

 

Maintenant, j'attends la légion d'honneur pour les WonderMamans !

 


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Gallïane - dans La Vie de Famille
commenter cet article
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 18:00

temperature-leau-the-images-murmures-contacts-L-4  

shuǐmò huà signifie lavis en chinois, qui est une technique de dessin consistant à n'utiliser qu'une seule couleur d'aquarelle ou d'encre de chine diluée de façon à obtenir différentes intensités de couleur.

Pourquoi je vous parle de cette technique ? Parce que pour réaliser ma nouvelle pièce, je me suis inspirée du dessin d'un artiste chinois, Ning Yeh

 

 

J'ai passé du temps à me renseigner sur les tatouages asiatiques, les techniques et les symboles entre autre, parce qu'il s'agit d'un art qui me fascine, notamment l'horimono et plus particulièrement l'irezumi, le tatouage que l'on trouve sur les yakusas.


 ukiyo-e.jpg Ukiyo-e2.jpg


Outre le fait que ce type de tatouage appartient à une culture dont je ne fait pas partie et le fait qu'il s'agisse de rites spécifiques à une communauté, je ne pouvais pas me faire tatouer ce genre de dessin. Tout d'abord parce qu'il s'agit de l'oeuvre de toute une vie qui raconte une histoire particulière, mais aussi parce que ce genre de tatouage ne prend tout son sens que si l'on respecte le rituel jusqu'au bout, en utilisant les techniques ancestrales de tatouage qui se font à la main. De plus, l'ukiyo-e, type d'estampes japonaises desquelles s'inspirent les dessins de l'irezumi est un art très figuratif, aux contours très délimités, or, je souhaitais plutôt des dessins faits au pinceau, comme en calligraphie.


Je me suis donc tournée vers le style shuǐmò huà chinois (ou sumi-e en japonais), ces estampes faites au pinceau, pratiquement d'un seul geste.

 

shu-mo-hua.jpg

 

J'ai confié le travail à Thierry, un artiste tatoueur de Clermont-Ferrand, qui s'est montré totalement enthousiaste à l'idée de réaliser une pièce vraiment différente et originale, plus proche du dessin qu'il apprécie que du tatouage old school et qui lui permet de travailler uniquement au peigne pour pouvoir faire des dégradés de gris se rapprochant des coups de pinceau.

 

fish.jpg

 

Il est d'ailleurs partant pour travailler sur le fameux recouvrement de mon dos avec la branche de cerisier que je désire, toujours en utilisant le style shuǐmò huà. Autant vous dire que j'ai trouvé une perle !

 

shu-mo-hua-sakura.jpg prunier

 

Quant à la signification, je suis certaine que vous vous posez la question : mais pourquoi des poissons ?


Alors non, ça n'a rien à voir avec mon signe astrologique, qui est cancer, mais a rapport à la symbolique irezumi. Tout comme la branche de cerisier me tient à coeur car elle illustre l'évanescence de la vie, l'éphémère, les poissons ont également un profonde signification pour moi. Au japon, le poisson est symbole de vie et de fécondité (et en chinois, le poisson rouge associé à l'abondance, ce qui se recoupe) et la carpe koï représente le courage et la persévérance. Tout ces symboles seront désormais encrés en moi, pour me rappeler l'importance de la vie et du combat que l'on mène pour elle...

 

tatoo.jpg gold-fish.jpg


Cela peut vous paraître un peu confus de loin, mais prend un sens vraiment très profond personnellement, ainsi que pour mes proches, comme un mémo, un mantra qui résonne en moi, sur moi.

 

Je n'en livrerai pas plus, je pense l'avoir assez fait...

 

Thierry - Metal'Ink

25, rue de la Treille - Clermont-Ferrand

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Gallïane - dans De fil en aiguille
commenter cet article
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 10:30

Man-vs-Wild.jpgActuellement, chez les Murmures, se déroule un drôle de phénomène, un combat pour la survie des espèces.

 

Tous les soirs, une sorte de rite animalier d'une cruauté sans limite s'est installé au moment du coucher.

 

 

Lorsque Morphée m'appelle dans ses bras et que je me dirige vers mon lit, je suis suivie comme mon ombre par Shifumi. Ma boule de poils adore venir se coucher avec moi. Elle se roule à mes pieds et ronronne de plaisir.

Parfois, elle passe des longues minutes à se frotter contre mes pieds, un façon de me manifester sa reconnaissance et son amour, qui ressemble à s'y méprendre à du fétichisme façon Georges Tron. Cela dit, j'adore ce petit moment de plaisir, cet agréable sensation douce et chaleureuse de coocooning.

 

Divers-1082.JPG

 

Malheureusement, cet état de grâce ne dure pas bien longtemps. En effet, Monsieur ne supportant pas de dormir avec ma chatte (les esprits mal placés sont priés de remettre leur sens à l'endroit), il la chasse dès qu'il arrive dans la chambre.

Pas si bête, Shifumi a vite compris qu'il fallait être plus maline que le bipède masculin de la famille : elle se planque désormais sous le lit en attendant qu'il s'endorme et sort de sa cachette pour se glisser contre moi dès les premiers ronflements.

 

Divers-0899.JPG

 

Mais la sauvagerie de l'homme n'a pas de limite quand il s'agit de détruire le bien être naturel d'un petit animal sans défense. Sous l'excuse d'une fantasmagorique allergie, il refuse désormais catégoriquement que ma douce félidée ne pose ne serait-ce qu'une patte dans la couche maritale.

 

S'engage donc tous les soirs une farouche bataille entre l'homme et l'animal. 

L'homme s'arme d'un manche à balais - qu'il a par ailleurs laissé à demeure dans la chambre - se colle le nez sous le lit, les fesses en l'air en caleçon, houspille l'animal qui se planque dans les coins et chasse la pauvre bête jusqu'à ce qu'elle finisse par déguerpir apeurée dans le salon. Le combat entre le félin et l'homnidé fait rage. L'animal pleure tandis que l'homme râle. La lutte peut durer quelques minutes durant lesquelles je souffre en silence de voir autant de barbarie. Oui, l'homme est cruel, vil et méchant. L'homme impose sa volonté, fait preuve de sa supériorité... à coup de bâton. 

 

Ah bravo, il est beau l'homme ! On se demande lequel des deux est l'animal...

Tandis que ce petit minou tout doux ne cherche que chaleur et amour sous la couette avec nous, l'homme sans coeur l'envoie se coucher seule sur le canapé dans le salon vide et froid.

 

chat-canape.jpg

 

Oui, parfois, la dure loi de la nature ne vient pas du monde sauvage...

... mais bien de l'Homme !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Gallïane - dans La Vie de Famille
commenter cet article
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 13:00

Ewa-Cieszkowska.jpgIl y a deux ans, j'ai découvert le travail d'Ewa Cieszkowska, une photographe de talent dont l'univers glamour et pin up m'a complètement séduite.

Je suis son travail, sur Facebook ou sur son site, je ne me lasse pas de voir le résultat de ses shootings, où l'univers boudoir est toujours au coeur de ses photographies.

Accompagnée d'Emy Lee pour le make up et la coiffure, elle sublime les femmes, les rend affriolantes, mutines, coquines, fatales ou divines.

 

 

Dans l'actu d'Ewa en ce début d'année, deux très beaux projets viennent de voir le jour.

 

Tout d'abord, Variation 50', une très belle exposition de ses clichés sur le thème des pin up et des poupées burlesques, dans le cadre chic et convivial du Zebra Square (3, rue Boulainvillier - 750016 Paris) du 27 janvier au 15 février 2012.

 

anaé production

 

expo-Melle-ewa.jpg

 

Dans la foulée, Ewa nous fait découvrir sa collaboration avec une nouvelle boutique en ligne d'accessoires chic et coquins : Oh Oui ! (qui reprend l'expression du plaisir pour emblème).

 

Oh-oui--.jpg

 

Chic, glamour et élégant, le site offre quatre univers originaux avec pour égéries de manifiques pin up : Louise de Ville, Lada Red Star, Jasi et Pomme d'Amour.

 

oh-oui-pin-up.jpg

 

Vous trouverez des sélections amusantes et espiègles, précieuses et chic, gourmandes et colorées ou encore audacieuses et pimetées, toujours dans l'ambiance boudoir de chacune des pin up. Laquelle vous ressemble le plus ?

 

Pin-up-oh-oui.jpg

 

Une très belle collaboration en tout cas pour cette photographe de talent et cette nouvelle marque, qui magnifie et sublime la femme et lui offre une nouvelle vision glamour...

Ne voulant pas spolier les photos d'Ewa en les mettant sur le blog, je vous invite à faire un tour à son expo ou sur son site (ainsi que sur Oh Oui !) pour découvrir l'ensemble de son travail qui vaut vraiment le détour.

 

Et pourquoi ne pas vous offrir une séance avec elle ?!

 

http://www.ewa-Cieszkowska.com

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Gallïane - dans Let's Be Burlesque
commenter cet article
24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 12:01

vieille-conne.jpgCe week end, je me suis rendue compte d'une chose absolument dramatique : je suis devenue une vieille conne.


Oui, parfaitement, de ces personnes qui, en vieillissant, deviennent aigries et pénibles, râleuses et acariâtres.

 

 

Il faut dire, à ma décharge, que ce n'est pas entièrement de ma faute. Voyez-vous, comme j'en ai parlé à maintes reprises sur ce blog, j'ai quelques soucis de sommeil. Insomniaque invétérée, mes nuits sont aussi précieuses que vos jours, mon sommeil est un trésor sur lequel je veille plus encore que la prunelle des yeux de ma progéniture.

Donc les soirs où Morphée m'appelle dans ses bras, je ne refuse jamais son invitation, même quand il n'est que 21h. Je chausse mes boules Quiès pour éviter d'être réveillée par une portière qui claque à l'extétieur, des talons dans l'appart' du dessus ou encore les ronflements de mon Husqvarna préféré et je me glisse dans mes draps doux et parfumés, m'enveloppant de ma couette moelleuse comme un loukoum.

 

Vendredi soir, j'étais donc partie me coucher vers 22h, prenant le train vers les contrées obscures du monde des songes, espérant une nuit de repos salvatrice de 12h minimum. Quand soudain, vers 1h30 du mat', je suis réveillée en sursaut par un méga beat de la mort qui tue dans mon lit.

 

Oui, mon lit s'est mit à vibrer, à pulser plus exactement, sous les basses d'une musique provenant de l'appartement du dessous.

Sur le coup, je me suis dis nostalgiquement que les parents étant absents, les ados s'en donnaient à coeur joie en faisant une petite fête. Quoi de plus normal ? Il faut bien que jeunnesse se passe...

Mais quand le son a continué d'augmenter, que même avec les boules Quiès j'entendais toujours la musique, j'ai commencé à me dire que c'était un poil casse-couille cette fête.

Puis, les heures ont tourné et à 3h du mat', j'ai craqué ! Impossible de me rendormir avec le volume sonore qui résonnait dans ma chambre, entre les derniers hits du moment à fond les ballons et les bons vieux tubes version karaoké plus criés que chantés, j'en pouvais plus !

 

tapage_nocturne.jpg

Oui alors là, c'est râpé pour le respect !

 

Je me suis tatée un moment : est-ce que je supporte encore cette musique toute la nuit, laissant les jeunes vivrent leur vie, s'amuser, faire la fête tant qu'ils peuvent encore en profiter... ou est-ce que je descends leur passer une charge, les sermonnant sur le tapage nocturne et leur donnant une image de vieille conne à vie ?

Mon sommeil a eu raison de mon image auprès des jeunes de la résidence : j'ai décidé de descendre les ramoner.

J'ai enfilé mon peignoir (en satin pour le côté MILF tout de même) et je suis descendue à l'étage inférieur. Sauf que... la musique était si forte qu'ils ne m'ont jamais entendu sonner à la porte.

Je suis bien restée dix minutes à la porte, à sonner comme une demeurée pendant qu'ils beuglaient comme des chameaux sur une chanson de Lady Gaga ou Dieu sais-je quelle autre monument du genre. En peignoir, nuisette et pantoufles dans le couloir, à rappuyer sur la minuterie toutes les 3 minutes, à sonner, resonner et sonner encore, la tête dans le cul, les yeux en descente de lit et le cheveux en paillasson... Une vieille folle ou une vieille conne, voilà l'image que j'ai vu dans le miroir de l'ascenseur quand je suis remontée chez moi.

Légèrement en colère, voire à deux doigts de me transformer en harpie, j'ai décidé de zénifier la situation en repenant mon bouquin en attendant que les jeunes se fatiguent et que mon sommeil reviennent... tout en marmonnant que dès le lendemain, je ne me gênerai pas pour aller leur toucher un mot ou deux sur leur comportement nocturne, mieux encore, j'irai voir la mère dès son retour pour lui faire part du comportement irrespectueux de ses rejetons par rapport aux habitants de la résidence.

 

Et puis j'ai dormi dessus, et le lendemain - à part une furieuse envie d'aller sonner à leur porte à 8h du mat' pour les emmerder - ma colère était retombée et j'avais encore plus le sentiment d'être VRAIMENT devenue une vieille conne qui ne supporte plus ce que moi-même je faisais quelques années en arrière...

 

Je vous le dis, c'est moche de vieillir !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Gallïane - dans Murmure du jour
commenter cet article

A l'Ombre des Murmures


facebookflickr twitter flickr_32.png

gmail_32.png

lesmurmures(at)gmail(point)com


 

Suivez-moi sur Hellocoton

Rechercher

Les Mosaïques des Murmures

 Body Whispers


pinup.jpg

PageRank Actuel

 

Mon Grenier