Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 février 2011 3 09 /02 /février /2011 16:20

Hier soir, en éclusant une bonne bouteille de Maredsous triple, et en regardant d'un oeil The pledge (que je connais par coeur), j'ai lancé sur twitter que Sean Penn faisait assurément parti du top 3 des mecs que je voudrais épouser si moi, Monsieur Murmures, j'étais une gonzesse.

 

Et puis avec Mademoiselle Funambuline,  nous sommes allés au bout du jeu, et nous avons tenté de faire notre top 3 pour de vrai.

 

http://media.zoom-cinema.fr/photos/news/2244/sean-penn.jpg 

Sean Penn, indiscutablement. En tant qu'acteur, il me fait bander. Aucune fausse note, il est juste immense. En tant que réalisateur, son compteur en est seulement à quatre, mais c'est un sans faute total. Indian runner, Crossing guard,  The pledge, Into the wild... il vogue de perle en chef-d'oeuvre. Et cerise sur le gâteau, ses engagements politiques et humanitaires le rendent encore plus sexy. On pourra me dire que ses prises de position sur la guerre en Irak, sur la place des homosexuels dans la société ou sur l'aide en Louisiane ou en Afghanistan sont faciles, je rétorquerai que ne rien faire ou ne rien dire du tout l'est encore plus.

 

 

http://tecnoculto.com/wp-content/uploads/umberto-eco-2-a.jpg

 

Sean Penn est le premier qui m'est venu parce que j'étais devant un de ses films, mais l'homme que j'admire le plus au monde, celui qui me fait rêver et qui est capable de m'emporter loin loin loin, c'est Umberto Eco. J'attache la plus grande importance au pouvoir des mots, et personne mieux que lui ne le manie avec autant de classe, de brio et d'espièglerie. Cet homme m'a procuré plusieurs véritables orgasmes littéraires, des orgasmes au sens littéral, avec les vagues de chaleur et la boule dans le ventre. La lecture du Nom de la rose et du Pendule de Foucault ont incontestablement été des pierres angulaires de mon existence, et seul Dostoïevski a su me faire approcher à nouveau de cet transe extatique dont les grands livres ont le secret.

 

http://iwagewar.files.wordpress.com/2010/05/wovenhand-31.jpg

 

Pour mon numéro 3, je cherchais un musicien, car la musique est extrèmement prégnante dans ma vie. Je suis tombé assez rapidement d'accord avec moi-même sur David Eugene Edwards, car à ma connaissance aucun homme n'est autant habité par sa musique. Et encore, le mot est faible, puisqu'il est littéralement possédé, à la limite du mysticisme. Il y a quelques années de cela, le soir de ce concert de 16 horsepower, c'est cette ambiance mystique chauffée à blanc qui m'a marquée à jamais, et à ce moment-là, je me suis dit que j'aurais été prêt à le suivre n'importe où.

 

 

 

La réalisation de ce top 3 n'a pas été sans mal et les choix ont véritablement été cornéliens, car des hommes qui me font rêver, je peux en citer quelques dizaines à la volée, sans difficulté aucune. Je peux notamment rajouter les grands scientifiques qui ont bercé ma jeunesse, de Galilée à Darwin, ou les illustres philosophes, d'Aristote à Nietzsche. Comment ne pas mentionner les explorateurs, de Colomb à Gagarine, ou même les sportifs, de Joe Montana à Michael Jordan ?

 

Bref, vous aurez compris que les prétendants ne manquent pas.

 

Quand soudain, Mlle Funambuline, propose fort judicieusement de réaliser un top 3 féminin d'épouses exemplaires.

 

Et là, c'est le drame.

Rien.

 

En tout cas, presque rien. Pas de foule au portillon, vaguement une Dierdre Dubois, le pendant féminin du David Eugene ci-dessus, réminiscence de mes amours musicales de jeune adulte, mais sinon, rien. Oh si, des beautés légendaires, des physiques parfaits, à la pelle, mais de femmes qui me transportent, me font rêver, me donnent envie d'avancer, de bousculer le monde... rien.

 

Et cette absence totale d'inspiration m'a fait mal, parce que j'ai réalisé que j'étais incapable de citer quelques noms de femmes qui auront compté dans la construction de ma culture, de ma personnalité.

 

http://www.cinemovies.fr/images/data/photos/1324/la-guerre-du-feu-1981-1324-163194218.jpg

 

C'est dramatique, mais plutôt que de me lancer dans une diatribe stérile et peu originale sur la place des femmes dans la société, de l'aube de la civilisation à mai 68, et comme il n'est jamais trop tard, je compte sur vos commentaires pour combler cette terrible lacune.

 

 

Vous avez aussi le droit de proposer votre top 3 d'époux idéaux, pour le fun !

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Elienai - dans Il murmure
commenter cet article
1 février 2011 2 01 /02 /février /2011 11:30

tumblr ksfwkznZwA1qzy9ouo1 400Au fil de nos expériences sexuelles et/ou amoureuses, nous nous forgeons petit à petit l’image de ce que nous considérons comme notre moitié parfaite, plastiquement parlant.

 

En ce qui me concerne, moi Monsieur Murmures, un stéréotype assez précis s’est dégagé très nettement : j’aime les filles petites, exotiques (type méditerranéen, asiatique, latino, je suis cosmopolite), le cheveu brun et long, aux jambes charnues, aux fesses conséquentes et à la poitrine généreuse.

 

 

Las, il est exceptionnel de tomber sur l’oiseau rare qui répond au moindre de nos critères fantasmés, et j’aime une fille qui les rassemble tous, à l’exception du dernier. Ce qui m’a récemment amené à réfléchir à la question de la frustration dans le couple.

 

Notre mode de vie en couple, à nous autres citoyens modernes, est basé sur un contrat d’exclusivité charnelle, si vous me permettez d’énoncer un lieu commun, néanmoins profondément juste. Et c’est ainsi que je vois régulièrement autour de moi des mecs tromper leur gonzesse, ou qui le fantasment très fort. Alors bien entendu, rien n’est jamais aussi simple, et les causes de cette infidélité peuvent être multiples, mais il en est une qui m’interpelle particulièrement, et c’est bien entendu celle issue d’une certaine frustration, voire privation, au sein du couple.

 

Reprenons mon exemple. Une petite poitrine n’est selon moi en aucun cas rédhibitoire (contrairement à un beau cul, c’est ma condition sine qua none de la beauté fatale). Mais si j’essaie d’être honnête deux secondes, une belle et grosse paire de seins, c’est juste du bonheur à regarder, et mieux, à caresser. Aimant une femme superbe, mais modestement dotée par la nature, suis-je donc condamné à ne plus jamais, de ma vie entière, profiter du doux, chaud et moelleux contact d’un buste accueillant ?

 

tumblr l7zkfxpxtS1qzy9ouo1 1280

 

J’en fais ici la confession : je ne suis pas persuadé que nous soyons réellement faits pour un amour exclusif, du point de vue sentimental comme du point de vue charnel. Cependant, je m’y plie de bonne grâce, car j’ai trouvé la personne qui a compris que frustration et privation ne font pas bon ménage avec confiance et longévité dans le couple.

Il se trouve qu’il est dans l’air du temps, pour les demoiselles, de payer leurs boobs. Et vas-y que ça tit-flash sur les pics, et vas-y que ça se tripote les nichons entre copines.

Et c’est donc le moment où je remercie Molière dont la dépouille a eu le bon goût de se faire transférer au noble Père-Lachaise, me faisant ainsi gagner un pari à l’enjeu massif ; ou encore Mogwai et leur dernier album, dont la transmission en avant-première à une amie, bravant ainsi les menaces hadopiennes des ayants-droit, m’a valu une rétribution savoureuse même si pas encore consommée.

 

Luana

 

Ces gros lots (lots), vous l’aurez compris, furent conquis avec la bénédiction de ma moitié. Je ne dis pas que cela ne lui a pas demandé d’efforts, peut-être même des sacrifices. J’imagine qu’il doit être pour le moins contrariant de voir son mec prendre du plaisir à tripoter les nichons de ses copines, en étant soi-même dépourvu. Et pourtant, elle l’accepte, parce qu’elle a réalisé qu’elle désamorce ainsi la moindre étincelle de frustration en moi.

Et moi, du coup, sachant que lors d’une soirée un peu arrosée, je peux impunément me lancer dans un câlin de nénés avec une copine sans que cela ne tourne prestement à la menace de divorce, je ne ressens jamais d’envie sourde et sournoise de le faire dans son dos.

Et re-du-coup, ayant la liberté de le faire, je ne le fais qu’à de rares occasions, c’est un peu le principe des libertés. Ou comment la confiance annihile la trahison.

 

alvier ru 19928 4

 

Vous allez me dire : c’est bien beau, tu te préoccupes de tes frustrations, mais toi, tu fais quoi pour les siennes ? Et vous aurez bien raison, car ne l’envisager que dans mon sens serait du machisme pur et crasse.

Je sais que la frustration de ma moitié concerne principalement le jeu de la séduction. Vous savez, ce petit manège savoureux et exaltant, dans les soirées, qui fait que l’on se sent désirable. Car évidemment, malgré tous les efforts de rigueur, sept années de vie communes ont tendance à envoyer aux oubliettes toutes ces bonnes intentions, surtout quand on est le mec le moins romantique et le moins attentionné de la galaxie.

Je suis donc réaliste : ce n’est plus moi qui vais lui apporter ce petit frisson de contentement de l’inconnu qui vous désire, le même que celui que j’ai quand je plonge (au propre comme au figuré) dans le décolleté de mes amies.

 

tumblr kykxsf89J61qzy9ouo1 1280

 

Lui interdire de jouer à ce petit jeu ? Premièrement, qui suis-je pour interdire ?

Deuxièmement, c’est la meilleure solution pour transformer ce petit jeu (presque) innocent en quelque chose de plus ardent, et plus dangereux.

C’est ainsi que de mon côté, je l’encourage à sortir entre copine sans lui taper un scandale quand elle me raconte qu’elle s’est faite dragouiller gentiment par le minet de passage. Avec la certitude que cette liberté désamorcera ses frustrations et lui apportera un petit plaisir suffisant pour ne pas glisser du côté obscur de la déloyauté.

 

La confiance entraine la confiance, et la liberté renforce la fidélité.

 

D’après le grand philosophe The Punisher, lui-même reprenant le stratège romain Publius Flavius Vegetius Renatus selon lesquels Si vis pacem, para bellum, je me permettrai ce conseil aux amoureux :  

Si vis fidelis, para libertas.

 


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Elienai - dans Il murmure
commenter cet article
10 juin 2010 4 10 /06 /juin /2010 12:00

 

En tant que non-blogueur (le rôle d'homme de l'ombre me sied), je me fais toujours non-taguer, saul , par l'ami Pingoo. Du coup je me lance, vous pensez, c'est mon tag de l'année.

Le principe ? Un questions-réponses autour de la photo.

 

P2232260

 

1- Est-ce que tu te considères comme Photographe ?
- La majuscule change tout. Si je joue au foot dans un club amateur le dimanche matin, est-ce que je suis Footballeur ? Non. Donc réponse : je ne suis pas Photographe, mais je fais des photos.

 

nbnu

2- Le matos photo ça t’interesse ?
- Oui j'aime le matos pour deux raisons.

D'abord du bon matos permet de faire de meilleures photos, faut pas se voiler la face. Et quand on a pas un talent inné qui permet de faire des photos renversantes avec un polaroïd à 50€, le matos permet de combler en partie ce manque.

 

Photo 137-1

 

Et deuxièmement, se payer un objectif au prix d'une bagnole d'occaz quand on a pas trop de thunes, c'est une folie, et la vie actuelle manquant singulièrement de folie, le petit frisson du clic "valider votre commande" n'a pas de prix. Et c'est une passion ruineuse mais gratifiante.

 

Plouf

3- Tu te crois bon techniquement ?
- Je sais faire le bon choix d'ouverture, de vitesse, de sensibilité, selon la photo que je souhaite réaliser, mais cadrer, composer, gérer la lumière, ça c'est une autre histoire, qui différencie le photographe du dimanche du professionnel. Perso j'en chie sur la lumière en intérieur, vraiment je n'y arrive pas.

 

Photo 378-2

4- Tu aimes qu’on te donne des conseils ?
- Non, je préfère qu'on me foute la paix même si je fais de la merde, certainement parce que je suis très prétentieux.

 

Photo 180-2

5- Qu’est ce que tu aimes le plus prendre en photo ?
- Les gens en général, et les filles nues en particulier. Sans gens sur les photos, ça manque singulièrement de vie. Et les filles nues, ça permet de voir mes copines à poil, ce que je trouve très agréable, voire un peu excitant pour être tout à fait honnête.

 

Photo 118-2

Et puis les filles à poil c'est ce qui marche, j'en veux pour preuve mes stats sur flickr : mes chouettes photos du Sénégal = 20 vues en moyennes, ma meuf à poil ça monte vite à 2000 vues. Cela dit si je tombe sur une galerie où il y a des photos de vacances et des filles à poil, je clique sur les filles à poil.

 

PA317767

 

Ah oui un dernier truc : certains s'émeuvent de trouver dans ma galerie des photos de mes enfants cotoyant des photos de filles à poil. Hé, c'est la vie !

 

Photo 150-1

6- Tu penses être original ?
- Non, pour une excellente raison : je m'inspire très souvent de photographes que j'aime bien, ou même de photos trouvées par hasard sur le net. Essayer de reproduire une belle photo qui nous plait est un excellent exercice pour progresser, car cela impose des contraintes techniques que l'on ne rencontre pas forcément en improvisant. J'en suis au stade où je fais des gammes, mais j'espère un jour pouvoir improviser avec talent.

 

Photo 129-2

7- Tu aimes tes photos ?
- Oui quand je suis content d'un shooting j'ai l'intime conviction d'avoir fait les photos les plus cools du monde. J'aime bien aussi offrir les photos que j'ai prises des gens, ça fait un cadeau sympa et original en principe. Il y a certaines photos dont je suis trèèèèès content.

 

20100130-014

8- Tu es un blogueur-photographe ?
- Non merci, sans façons.

 

SnowWhite

9- Tu fais des photos pour qu’elles plaisent aux gens ?
- Mes photos sont faites pour plaire d'abord à moi puis aux gens qui sont sur la photo. Si d'autres aiment en plus, tant mieux, ça flatte mon égo démesuré. Personne ne m'a jamais dit que je faisais de la merde et je crois que je le prendrais super mal et ça me vexerait beaucoup, même si c'est vrai.

 

Photo 245-2

10- T’as déjà pécho grace à la photo ?
  - Non mais je ne désespère pas. Si des gonzesses veulent se faire photographier puis partouzer (oui, il y a -presque- toujours la mienne, de gonzesse, sur mes photos), faites-vous connaitre, on devrait pouvoir trouver un créneau.

 

A1

11- Pourquoi publier tes photos, tu peux pas les garder pour toi ?
- Non car rapport à mon égo démesuré, j'aime qu'on me dise que ce que je fais est génial, même si c'est pas sincère et que c'est juste par politesse. Et puis le principe de l'art est d'être exposé, hein ?

 

Babies1

12- Si tu devais avoir un truc qui te différencie des autres, c’est quoi ?
- J'utilise un Olympus, ce qui ne manque pas de faire ricaner les canonikonistes, ce qui ne manque pas de me faire ricaner. Hihihi.

 

Photo 119-2

 

Pour le reste de mes photos, c'est sur un DeviantArt abandonné et sur un FlickR où j'ai eu la flemme de tout rapatrier. Pour les rendez-vous shooting/partouze, voyez avec ma secrétaire.

 

 

Repost 0
Published by Elienai - dans Il murmure
commenter cet article
24 janvier 2010 7 24 /01 /janvier /2010 18:29

http://3.bp.blogspot.com/_04qhQpGh4bE/SPFeKKln-II/AAAAAAAAAE8/-sDoRO6EBVI/s320/troll-woman.gifIci Monsieur Murmures, et attention, ce billet va être hyper long, mais il parle de troll. Donc moi j'dis ça vaut le coup de lire, quand même.

 

Chez les Murmures, ça manque de trolls. Je ne sais pour quelle raison mystérieuse, les commentaires désobligeants sont extrèmement rares, et jamais, je dis bien jamais, nous n'avons reçu le moindre mail insultant.

 

Et moi, les trolls, j'adore ça, du coup je suis extrèmement frustré. La beauté du troll, le vrai, c'est qu'on peut jouer avec, car le postulat de son existence est : "je déteste cet endroit mais je squatte quand même" (parce que j'ai rien de mieux à foutre ?). Je suis sûr que les trolls de compète passent leur temps libre (puisque nous considérerons ici les trolls professionnels, ceux que l'on ne voit passer qu'une fois l'an) à aller dans des cinémas d'art et d'essai pour faire des marathons Haneke ou à construire des tours Eiffel en poil de caribou.

 

Bref, on en a attrapé un. Enfin une, plus exactement. Ce qui m'emplit de joie, la femme ayant cette faculté de se montrer infiniment fielleuse quand le coeur l'en dit.

 

Notre nouvelle amie s'appelle donc Khadouchka, et elle n'a pas du tout aimé, oh non alors, que l'on prétende que le zellige était d'origine berbère (si si regardez bien tout en bas du billet, on cite wikipedia qui source à l'appui affirme bien que ce foutu zellige est bien d'origine berbère).

 

Donc Khadouchka elle a dit (j'ai laissé l'orthographe et la grammaire tels quels) :

 

Bjr

J'ai bien lu vos commentaires, et je me demandais comment vous avez fait pour inventer de pareilles erreurs concernant , le stucko, le zellige qui serai d'après vous, une spécialité berbère, alors que c'est d'origine du NORD entre autre Fes, que l'on pouvait scuplté le stucko, alors qu'en fait c'est une forme d"enduit que l'on peut teinté selon le goût, ect, ect..... une question, vous êtes vraiment aller auprès des artisans pour avoir ces renseignement aussi faux que le chocolat qui viendrait de la BELGIQUE !!!!

 

Prenant ses allégations très au sérieux, j'ai pris soin de lui répondre toutes affaires cessantes :

 

Bonjour. Je suis le mari de la rédactrice du billet incriminé, et en vue des fautes qui lui sont reprochées, j'ai unanimement décidé de la faire fusiller demain à l'aube.

Que justice soit rendue.


N'ayant aucunement l'intention de faire fusiller ma femme, il s'agissait bien entendu ici d'humour, ami lecteur.

 

Mais notre Khadouchka ne l'a pas entendu de cette oreille :

 

Que vous aimez le SADO MAZO et le CUL c'est votre problème et cela ne regarde en rien ni personne, mais ayez la délicatesse et le rafinement de mettre vos photos sur des pages plus adequats, et surtout ne venez pas nous en mettre plein la vue de vos commentaires sur l'Architecture et l'Artisanat d'un pays que vous ne connaissez certainement pas. Maintenant je peux vous dire que je vous admire car de toutes évidence le RIDICUL NE VOUS A PAS TUE. Sans commentaire.


Pour être tout à fait honnête, je suis à l'heure où j'écris ces lignes toujours en train de chercher un quelconque lien entre l'architecture marocaine et le SADO MAZO. Cependant, les sens en éveil, j'ai immédiatement perçu le potentiel trollesque de notre délicate invitée, j'ai donc rétorqué.

 

Au lieu de venir nous casser les couilles avec ton air de donneuse de leçon de merde, si tu allais plutôt brûler en enfer ?

Que tu viennes rectifier une erreur de notre part sur l'architecture marocaine, qui en effet n'est pas notre spécialité, c'est tout à fait bienvenu ici, mais je serais curieux de savoir d'où te vient tout ce fiel que tu crois indispensable de venir déverser ici.

Dieu que j'ai l'impression de perdre du temps et de l'énergie à argumenter avec les sots de ton espèce...


PAF ! Bingo ! Le poisson est ferré.

 

Non, je ne te ferais pas le plaisir de me mettre en colère, mais tu as raison, rien que le fait de t'avoir répondu la 1ère fois, cela me rend déjà CONNE, mais bon on ne se refait pas. Ceci etant, tu dois avoire un sacré problème, mais pour cela il y a des spécialistes alors bon courage. (tu sais tout de même que n'importe quel enfant de moins de 16 ans peut avoir accès à ton site et ce en tout liberté, et tu sais aussi que l'on punit les gens qui ne mettent pas de précautions pour justement éviter ce genre de dérapage, tu as été prévenu.)


Là, on est sûr d'avoir du troll international, grâce à un signe qui ne trompe pas : le troll du top niveau te menace systématiquement, au bout du troisième commentaire, de faire fermer ton blog. Je me suis dit que c'était trop beau pour être vrai, alors j'ai sorti le grand jeu.

 

Et n'importe quel parent digne de ce nom surveille ce que fait son gosse de moins de 16 ans devant un pc, sublime pintade. Si ce blog est le site le plus trash que tu aies vu de ta vie, cela explique bien des choses, cela dit.

(j'adore les procéduriers de ton espèce, j'attends donc que ton armée d'avocats saisisse la cour d'assise pour nous faire fermer le blog)


Provocation, affront, genre ahahah même pas cap', ce qui en général  fait instantanément passer le troll en berzerk.

 

Mais tu n'as rien compris, remarque les hommes de ton espèce ne peuvent comprendre, ils sont tellement préoccuper par le fric qui se font sur le dos de ce type de correspondance, si moi je suis une "sublime pintade", alors peut être que toi tu représente les fameux coqs de CHINE, si tu ne sais pas de quoi je fais allusion je te laisse le temps de cogiter..... En ce qui concerne ton site, je te parie qu'il fermera ses portes avant même qu'un huissier ne puisse avoir le temps de t'apporter ta convocation. Je te fais ma promesse que tu ne restera pas très longtemps assis à savourer pour m'envoyer encore ce genre de commentaire qui sent l'argent SALE . PS : j'ai des enfants, je suis un parent, mais je ne passe pas mon temps, ni devant mon PC, ni à traquer mes enfants lorsqu'ils sont en train de faire des recherches. Car c comme cela que je suis tombé sur votre site de merde, tout simplement en cherchant un produit alors vous ne croyez pas que vous êtes dans votre tort.


Il n'y a plus qu'à laisser dérouler.


C'est beau toute cette énergie dépensée, pour au départ une histoire de zellige berbère ou pas berbère. D'ailleurs au lieu de me postilloner à la figure, tu aurais dû commencer par rectifier nos erreurs, mais tu fais partie de ce genre d'écervelés qui crachent avant de réfléchir. Si je peux être l'exutoire de ta colère, ce sera toujours une saine satisfaction qui compensera l'indicible perplexité qui est mienne lorsque je cherche à comprendre ce que tu entends par "les hommes de ton espèce ne peuvent comprendre, ils sont tellement préoccuper par le fric qui se font sur le dos de ce type de correspondance" (j'ai laissé les fautes d'orthographe et de syntaxe, tu ne m'en voudras pas).

 

Tu paries, d'accord, mais quoi ? Un pari dans le vent, ce n'est pas drôle. Allez disons que si tu gagnes ton pari, je t'envoie une photo dédicacée de mes fesses, car tu sais, mon cul est amour, et l'amour ça se partage (citation de Gandhi, un saint homme, qui lui nous aurait expliqué d'où provenait le zellige plutôt que de nous menacer de nous envoyer au cachot)

 

PS : à aucun moment depuis hier tu ne t'es dit que tu étais un peu en train de péter un boulard ?

 

C'est qui a de bien, c'est qu'elle n'a aucune limite, parce qu'elle en redemande !


Mais d'où vient ta colère, tu ne te sens pas très bien, il faut aller voir un medecin, tu ne crois pas. Saches que je n'ai fait que répondre à tes commentaires sordides depuis , effectivement, cette histoire de Zellige, mais à aucun moment je n'ai voulu vous offenser toi ou qui que se soit d'autre, mais tu es tellement mal dans ta peau, que tu as pris cela pour une agression plutôt comme une critique, mais, comme tu l'as préciser, Ghandi aurait dit aimez vous les uns les autres, quelque soit votre relugion, mais magnifestement la tienne est débilité, méchanceté, petitesse d'esprit. Ta dédicasse tu peux te la mettre où tu sais, car tu es bien placé pour ça, j'ai tout ce qu'il faut , je t'en remercie, et gardes toi de ce genre de citation, je pense que le Maître Ghandi, est bien plus méritant que de t'entendre parler de lui par ton espèce.


Là quand même on commence à perdre notre temps, mais bon,on lui fait toujours plaisr en lui répondant, des fois qu'elle trouve une nouvelle connerie qui nous fasse hurler de rire.


Bon, c'est vraiment super tout ça, mais je commence à me lasser de tes leçons de morale, du haut de tes 43 piges, c'est tout sauf impressionnant. Je te le dis tout de suite, si faire fermer ce blog est la croisade de ta vie, fais toi plaisir, on va te regarder gesticuler en feignant un haussement de sourcil intéressé, promis.

 

Et ça marche. En réalité, la masochiste, c'est elle. Et pas qu'un peu...

 

Ah be voilà une bonne parole et qui plus est intelligente. Je vois que Vous avez trouvé la voix de la sagesse bravo. Mon Dieu que vous êtes méprisant dans vos propos, sur ce je vous laisse à vos clichets de M.... et à votre état d'esprit etriqué. Et en ce qui concerne les insultes, soiyez gentil progressez car il y a du travail.

 

Revenons tout de même au fond du problème, qu'on sache à quel saint se vouer.

 

Et finalement, le zellige, c'est berbère ou pas ?

 

(s'il te plait ne pars pas, on a très peu de trolls sur ce blog, alors maintenant qu'on en tient un de compétition, on n'a pas envie de le lâcher)

 

PS : concernant la fermeture du blog, peux-tu nous donner un délai ? Oh à la louche hein, c'est juste histoire de bien sauvegarder nos billets, histoire qu'on ait un souvenir, enfin tu comprends quoi.

 

Allez bisou !

 

Attention, parce que là, on entre dans l'argumentaire poussé à son paroxysme.

 

LLE SILENCE EST D'OR , ET LA PALROLE EST D'ARGENT


A vous de voire de quel côté êtes vous placé ???? Pour ce qui est du Site, vous aurez des nouvelles et vous saurez que cela ne vous ait pas étranger.


Mais à la fin, j'ai un dessein caché à tout cela....


Et donc, finalement, pour ce zellige, on fait comment ? Non parce qu'a priori, le zellige est réellement d'origine berbère d'après wikipedia, donc je suis bien embarrassé, étant donné que notre charmant échange épistolaire repose sur cette question, autant chercher à partir sur de saines bases tu ne crois pas ?

 

(tu sais que mon but secret est de te faire gagner le concours du 6666ème commentaire du blog ?)

 

PS : tu as dois descendre en droite lignée du sinistre Torquemada, tes menaces sont singulièrement effrayantes.

 

PPS : sans rire, pour le zellige, tu nous donne ta version ?


Bisou !

 

 

Autant vous dire qu'aujourd'hui, on attend la suite avec impatience.

On a sorti le service en porcelaine, fait reluire l'argenterie et convié tous nos amis à ce dîner presque parfait.

 

francois-pignon.jpg

 

François Pignon n'a qu'à bien se tenir...

 


Repost 0
Published by Gallïane - dans Il murmure
commenter cet article
28 octobre 2009 3 28 /10 /octobre /2009 11:13

 

Aujourd'hui c'est encore Monsieur-Murmures-moi-même qui va vous causer, attention faudrait voir à ne pas s'y habituer, non plus.

 

Je suis professeur des écoles stagiaire, pour les profanes c'est l'année qui se situe entre l'obtention du concours et la titularisation, je suis à moitié en formation à l'IUFM et à moitié en classe en responsabilité.

 

Dans le cadre de ces classes en responsabilité, nous avons divers stages tout au long de l'année, avec la possibilité d'en effectuer certains à l'étranger, dans ce que nous appelons des stages d'éducation comparée. Et à mon IUFM, leur spécialité, c'est le Mali. J'ai postulé, et j'ai été retenu, avec cinq collègues.

 

 

Il s'agit pour moi d'une aubaine, puisque depuis mon travail au Burkina-Faso (ça commence ici et puis ça continue et et et ça finit ici) je n'attendais qu'une chose : repartir. Et dans le cadre de mon nouveau métier, là ce n'était plus du rêve mais du fantasme.

 

Du coup, j'avais plein de projets en tête, dont la rédaction d'un blog photo carnet de voyage, dans lequel j'aurais mis toute ma passion et toute mon énergie.

 

Bref, que de bonnes choses en somme.

 

Et puis la semaine dernière, je jette un coup d'oeil sur le site du ministère des affaires étrangères, leur section "conseils aux voyageurs" étant un must-have avant de partir. Mais honnêtement, c'était juste pour la forme, le Mali est un pays paisible, qui entretient de longue date des relations privilégiées avec la France, en particulier au niveau humanitaire.

 null

Et là, je tombe sur ceci et trois mots me sautent à la figure : OTAGE, EXÉCUTÉ, AL QAÏDA. Je me dis "ahahah quel distrait, je me suis trompé de page, je suis certainement sur l'Afghanistan".

 

Ahahah. Non, je suis bien sur le Mali. Et si vous allez sur l'onglet "Sécurité" du lien ci-dessus, sachez que le village de brousse où je devais me rendre est en pleine zone rouge.

 

 

 

 

 

Incrédule, j'email illico presto le consulat et l'ambassade de France au Mali, histoire d'en avoir le coeur net, je me dis que non c'est pas possible, c'est le Mali terre d'accueil, ils veulent juste nous faire peur, y'a eu une bricole et on fait un peu monter la sauce pour faire style. Et une gentille dame de l'ambassade me répond que de par ses fonctions elle n'a pas le droit de me renseigner plus que le site du ministère, mais une heure plus tard (prise de remors si jamais je maintiens mon séjour ?), elle me renvoit un mail lapidaire pour me dire que si le ministère dit "région fortement déconseillée", cela signifie "région FORTEMENT DÉCONSEILLÉE SI ON TIENT À LA VIE".

 

Je ne sais pas vous, mais moi je pensais qu'Al Qaïda était une vague menace des terres reculées du Cashmire, on a vaguement entendu parler du groupe terroriste au Maghreb peut-être, mais là j'avoue que j'ai pris une suée en me disant que si je n'avais pas consulté le site du ministère, dans trois mois je me baladais dans une région où des terroristes enlèvent et exécutent des touristes.

 

Cette semaine, j'ai pris en pleine gueule le fait qu'aujourd'hui, il faut faire avec : le terrorisme est partout, il est palpable,  il est insidieux, Al Qaïda fait partie de notre monde et change radicalement la face de pays à l'islam autrefois paisible et chaleureux.

 

 

Ça fait un peu froid dans le dos, et j'ai envie de dire monde de merde.

 

 

 

Repost 0
Published by Elienai - dans Il murmure
commenter cet article
26 octobre 2009 1 26 /10 /octobre /2009 12:49

Aujourd'hui, Monsieur-Murmures-moi-même va vous parler d'un truc qui fâche :

les billets sponsorisés.

Je pense qu'une bonne proportion des idées reçues à propos des billets sponsorisés provient de la méconnaissance du système. Je vais donc vous expliquer rapidement comment ça se passe, chez les Murmures (que vous aurez l'amabilité de considérer comme représentatif de la catégorie petit-moyen blog pas top-wikio-influent mais avec un peu plus de 3 lecteurs).

 

Donc, nous acceptons trois sortes de billets sponsorisés.

 

Première solution :

On est affiliés à une régie (ebuzzing par exemple) qui propose des billets sponsorisés à la cantonnade, rien de nominatif. Concrètement on peut voir sur l'interface de la régie que « telle campagne est disponible, manifestez-vous braves gens ». Si on est intéressé, on postule, et on est retenu.

 

Deuxième solution :

La même régie peut aussi nous contacter en direct pour nous proposer, à nous Murmures spécifiquement, une campagne. En principe, c'est mieux ciblé, et mieux payé. Là on accepte, ou pas.

 

Troisième solution :

La plus old-school, c'est quand on est contacté directement par quelqu'un, sans passer par une régie. Comme pour Kali dernièrement, par exemple, tout se fait par mail avec des bisous à la fin. Là le prix est fixé à l'amiable.

 

Entre parenthèses, parlons pognon tout de suite, on sera débarrassés. Nous autres Murmures, on gagne entre 50 et 200€ par billet sponsorisé. Nous n'acceptons pas les billets moins payés (on a notre dignité), et notre trafic n'est pas assez conséquent pour demander plus de 200€ pour l'instant, mais on y travaille (envoyez nous vos photos pour la prochaine mosaïque de gens à poil, merci).


 

Or donc, il y a un point commun entre ces trois voies : nous ne sommes jamais obligés de parler de tel ou tel produit, c'est nous qui choisissons les campagnes qui nous intéressent. Par exemple, dernièrement, on a laissé filer des campagnes sur des volets roulants parce que les volets roulants, c'est pas notre passion, même pour 150€.

 

Corollaire :

On ne reçoit jamais de mail nous sommant de copier/coller tel communiqué de presse à propos de tel produit, merci les Murmures. Non. En revanche, il y a un brief pour chaque campagne, et évidemment, c'est le jeu, nous essayons de le satisfaire. Il s'agit en principe de mettre en avant les qualités du produit et d'insérer quelques mot-clés. En revanche, par respect pour les deux ou trois lecteurs qui vont malgré tout se taper le billet sponso, nous prenons toujours soin de le rédiger, si possible avec humour, de façon à le rendre au minimum plus intéressant qu'un publi-rédactionnel en page 15 du Paru-Vendu.

 

Alors vous l'aurez compris : pourquoi on ne dit jamais de mal des produits dans nos billets sponso ? Deux raisons. Premièrement, faut pas être hypocrites, dire du mal du produit c'est se griller auprès de la régie, adieu les billets sponso et le fric facile. Mais sauf que deuxièmement, la situation ne se présente jamais, puisque si nous trouvons un produit pourri, nous décidons très simplement de ne pas accepter la campagne, c'est aussi simple que cela.

 

Maintenant, j'aimerais comprendre pourquoi cette levée de bouclier contre le sponsorisé. J'ai l'impression que la critique se situe à deux niveau.

 

Un : la mention « billet sponsorisé » n'apparait pas, ou mal, ou pas assez gros, ou pas au début, etc etc.

Chez les Murmures, nous considérons que notre lectorat n'est pas dupe, et que comme tout être humain normalement constitué, il pourra renifler un billet sponso dès le titre et ce, à 10km à la ronde. Mais si jamais, pour que le doute ne persiste pas, c'est toujours mentionné dans le billet. Et si jamais jamais, pour nos deux ou trois lecteurs un peu bas du front, on a même créé une rubrique spéciale, « Du beurre dans les épinards », qui veut dire ce qu'elle veut dire, et qui regroupe tous les billets sponsos.

 

Question transparence, c'est réglé. Si le sponso vous gonfle, vous avez remarqué, je ne passe pas chez vous pour vous mettre mon Desert Eagle .50 sur la tempe, vous intimant de ne pas fermer le lucratif onglet de votre navigateur.

 

 

Deux : le sponso, c'est mal.

Alors là, on arrive au gros morceau. Le nerf de la guerre.

Moi j'aurais bêtement tendance à penser que chacun fait ce qu'il veut avec son cul, ou son blog, ou les deux en même temps, mais manifestement ce n'est pas aussi simple pour tout le monde. Le tout le monde en question est en principe un ardent défenseur de la Pureté Éthique du bloggeur, un pourfendeur du grand capital et de toute cette pub qui nous empoisonne l'existence, un mec en jean DIESEL et chemise HUGO BOSS, un sac EAST PACK vissé dans le dos et un iPhone APPLE à la main, avec des CONVERSE ALL STAR aux pieds, sauf que lui il a claqué un smic pour faire le 4 par 3 ambulant, le con, mais bref.

N'oublions pas qu'il y a deux catégories de gens : ceux qui peuvent cracher sur 300, 400, 500€ de revenus supplémentaires chaque mois, et ceux qui ne peuvent pas se le permettre.

Nous faisons clairement partie de la seconde catégorie. Et même le jour où on gagnera 3000€ chacun, je crois qu'on ne sera pas foncièrement contre se mettre un peu de maille à gauche, parce que dans notre pays de merde avec son système capitaliste de merde, l'argent fait le bonheur, c'est triste mais c'est comme ça.

 

La question du fric réglée, reste la principale : le sponso, c'est pas éthique.

Alors bon, je vous le dis tout net, c'est là que je rigole. Parce qu'on a un savoureux mélange des genres, et les bloggeurs qui défendent cette position se considèrent de toute évidence comme des journalistes, et ça c'est très drôle, ça démontre bien l'égocentrisme et la vanité du bloggeur casse-couille moyen.

Le journalisme, je le rappelle, qui est une vraie profession, avec en effet son code éthique et déontologique, qui énonce par exemple qu'on ne se fait pas rétribuer en espèces ou en natures pour parler d'un produit, à moins de clairement annoncer la couleur. Là ok, d'accord. Sauf que nous tous, il me semble, nous ne sommes pas journalistes.


Et c'est quoi l'éthique du bloggeur-pas-journaliste ? Tu n'utiliseras pas ton espace d'expression personnel pour faire et dire ce que tu veux, et surtout pas gagner un peu de sous ? Ah.


J'imagine que les tenanciers de cette pensée considèrent que les blogs sont l'ultime rempart entre nous et la société de consommation, la frontière inviolable entre l'appartenance à un monde cruellement libéral et un espace d'expression personnelle vierge et épuré de toute considération matérialiste. Tout cela est d'une naïveté émouvante. Décider que son propre blog restera à l'abri de tout mercantilisme est une position absolument défendable et incontestable. Partir en croisade contre les « putasses » (je rappelle que les putes sont des femmes qui prennent un billet pour sucer la bite potentiellement malodorante de parfaits inconnus) est au mieux, ridicule, au pire, une preuve flagrante qu'on n'a vraiment rien de mieux à foutre.


Alors parce que je suis sympa, je vais vous expliquer ma méthode, que j'ai mis au moins super longtemps à élaborer, parce qu'elle est super compliquée.

Un : si un blog fait plus de sponso que de pas sponso, je ne le lis pas.

Deux : si dans un blog que j'aime il y a un billet sponso qui ne me parle pas (ça se repère en une fraction de seconde, sérieusement), je ne lis pas le billet.

 

Alors je sais, ça n'a pas l'air simple dit comme ça. Le problème avec les gens c'est que rien n'est jamais simple, et surtout il faut toujours qu'ils ouvrent leur grande gueule pour dire à chacun ce qu'il doit faire et ne pas faire.



Et moi, ça me fatigue.    



Repost 0
Published by Elienai - dans Il murmure
commenter cet article
3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 20:20
En cette rentrée des classes, Monsieur se retrouve dans le journal local
et devient la star de Vioqueville-sur-Mort, la ville paumée où il a été affecté !


Cliquez pour agrandir et rigoler !


Notez tout de même la qualité rédactionnelle journalistique à faire pâlir de jalousie
n'importe quelle blogueuse (non)influente !



J'vous laisse, faut que j'aille changer de culotte...
... j'me suis fait pipi dessus tellement je ris !


 



Note de Monsieur-moi-même-Murmures-en-personne : 

Les braves Vioqueville-sur-mortois me reconnaissent et m'arrêtent dans la rue, je suis la star de la ville, avec la vieille dame retrouvée le même jour momifiée dans sa maison, morte depuis 9 mois sans que personne ne s'en aperçoive.

Sauf qu'elle, on ne la fait pas chier dans la rue.


Repost 0
Published by Gallïane - dans Il murmure
commenter cet article
16 avril 2009 4 16 /04 /avril /2009 19:00

  Parigotes, parigots,

 

J'ai envie de faire un petit coup de promo pour un garçon qui n'en veut (élevé en plein air et nourri au gibolin, c'est de la qualité). Il s'appelle Alexis Magand, son métier c'est de faire des films et sa passion c'est la musique, et miracle de la création, à l'aide de son fidèle sidekick Grégory Gomez, il a tourné un documentaire de qualité qui se nomme La Route est Longue. (de qualité)

 

 

null

 

 

 Il est question dans ce film de trois groupes clermontois et de leur difficultés à concilier leur passion (fabriquer de la musique pour le plaisir de tous) et les aléas de la vie contemporaine, à savoir gagner des sous pour en vivre et manger autre chose que des racines d'herbe et des écorces d'arbre.

 

Il se trouve, heureux hasard, que l'un des trois groupes est celui que j'ai fabriqué de mes petites mains voici déjà 10 ans tout pile, ce qui ne nous rajeunit pas, mais qui fait bien plaisir quand même, j'ai nommé The Big Royal Kunamaka Orchestra, ou juste Kunamaka si on a la flemme.

Vous verrez également Géraud et Kafka, deux pointures de la très riche et très décomplexée scène clermontoise (c'est le Monde qui le dit).

 

Donc, parigotes, parigots, je m'adresse à vous car le film sera projeté le samedi 18 avril à 16h au Centre Fleury Goutte d'Or à Paris, capitale de la France.

Pour les plus curieux, il s'agit d'un week-end dédié aux fanzines et aux cultures alternatives avec des stands, des ateliers, des trocs... L'entrée est libre et la projection sera suivie d'un débat avec le réalisateur et d'autres acteurs du film, qui auront à n'en point douter des choses intéressantes à raconter, et seront en mesure de répondre à toutes les questions que vous vous posez quant à la vie de ces groupes pros ou semi-pros à la vie bien compliquée, oh oui alors...

 

 



 

En essayant d'être objectif, j'ai trouvé le documentaire vraiment touchant, puisqu'il s'attarde énormément sur le côté humain du métier de musicien, il ne tombe jamais dans le misérabilisme, il montre simplement une réalité crue et sans fard, avec beaucoup de moments difficiles mais aussi, et heureusement, beaucoup de moment qui me rappellent pourquoi je me souviendrai toujours avec nostalgie de cette époque où ma vie tournait autour de la musique.

 

Côté critiques, j'aurais aimé voir le film aller un poil plus loin dans l'investigation, notamment au niveau des majors.

 

 

Le mieux, c'est d'aller vous faire une idée par vous-même, non ?

 

 

Repost 0
Published by Elienai - dans Il murmure
commenter cet article
14 janvier 2009 3 14 /01 /janvier /2009 16:24

Y'a la Valérie qui m'taggue, alors, j'me lance, pasque c'est mercredi aprèm' et qu'j'ai rien d'mieux à faire, et pis c'est l'jeu ma pauv' Georgette.


Or donc, le tag des premières fois, mais sans sexe dedans, à mon plus grand dam.

 


Premier CD acheté :


1991 : Dangerous de Michaël Jackson.

Je passais d'un radio cassette pourri à une chaîne laser (wahou) et au moment où ça fait *toctoctoc* dans l'album, le son était tellement réaliste que je croyais que c'était mon père qui frappait au mur pour que je baisse le son. Ce que je faisais systématiquement avant de comprendre que je venais de me faire avoir pour la Xième fois par la magie du son du futur. J'étais naïf à 15 ans.


Premier Jeu Vidéo acheté :


1987 : Barbarian: The Ultimate Warrior sur Amstrad CPC 464 (oui, celui avec les cassettes qui faisaient read error b au bout de 10mn de *douuuuutziiiiidouuuuuuu brrrrrrrrrrrrbbbb krkrrrkrrrrrrkrrrrrrrrkrkrrrkrrrr*

C'était beau comme ça :


null


Et y'avait de la bonnasse sur la pochette. Pour l'histoire, Barbarian fera fantasmer toute une génération de gamers à cause de la pochette du jeu qui montrait la charismatique Maria Whittaker à moitié nue aux coté de Michael van Wijk. La plupart des joueurs sur Amstrad avaient entre 10 et 16 ans, tous obsédés sexuels donc, et à l'époque le porn n'existait qu'en VHS. (Ah c'est cool j'ai réussi à mettre du cul dans ce tag sans cul)


Premier Ordinateur :


1987 : eh bien comme précisé ci-dessus, un vénérable Amstrad CPC 464, que mes parents m'ont acheté pour "travailler et m'aider dans mes devoir". Ah les braves parents... D'ailleurs ma carrière de programmeur a connue son heure de gloire dans les années BASIC, vocation tuée dans l'oeuf au bout de quelques 10 PRINT "Bonjour" 20 GOTO 10


Premier MMORPG :


2000 je crois, avec The Fourth Coming (la 4ème Prophétie en VF), et quand j'y repense, j'ai les yeux qui saignent.


null


C'était mon année de DEA, je travaillais 16h/jour et 7j/7, j'étais en 56k formule sans abonnement (rhaaa l'arnaque quand j'y repense) et je passais tout mon fric dans la facture de téléphone.


Premier Modem :

 

Le 56K suscité, que j'avais fait mettre par un assembleur sur le pc de la muerte du futur que je m'étais fait construire avec les sous que j'avais gagné en ramassant des courgettes. Je me souviens l'avoir payé cash, 13000 F en billets de 500, le vendeur m'avait regardé bizarrement, ce qui m'avait un peu troublé étant donné que c'était lui-même le dernier des margoulins.

Pour l'anecdote, je m'étais payé ce PC pour faire de la musique, j'ai passé un an à composer et enregistrer un album qui est parti en fumée le jour où le disque dur a fait pschitt. je n'avais rien sauvegardé.

Certainement le jour où j'ai été le plus près du suicide.


Premier DVD :


Euh... pfiou. Ah si !!!  The nighmare before Christmas évidemment.

La même année. Je l'ai regardé trois fois dans la journée, le jour où je l'ai reçu.


null


Premier Lecteur de CD-Rom :


Non mais bon, y'a pas marqué sociopathe sur mon front. Bizarrement je ne me souviens pas non plus quelle marque de céréales j'ai mangé le matin du 17 mai 1984.


Premier Changement de continent :


Pour le Maroc, en 2001 je crois.

Jeunes et fous, on a décidé d'aller à Marrakech en train depuis l'Auvergne. Cinq jours de voyage et l'impression d'arriver au bout du monde à la fin. Vachement mieux que 3h d'avion en fait.


Premier Baladeur :

 

Un Phillips jaune et noir, si ma mémoire ne défaille pas, vers 1986 ou un truc comme ça.

J'avais acheté ces petites enceintes parallélépipédiques en plastique de 8cm que j'avais accrochées à la tête de mon lit, et je me croyais au summum du mégacool.


Première Cassette Audio achetée :

 

1987 : Third World Child de Johnny Clegg, celui avec "Asiiiiimbonanga asiiiibona noumanguélatchina labékouna lassifélakouna" (à peu près, mon africain laisse à désirer).


null

 

Premier Mac :


Aucun, j'ai fait mon année de DEA sur un mac et j'ai failli devenir fou avec la souris monobouton.


Premier Match au stade :


De foot : Tchernoville - Annemasse en coupe de France, en 1990 je crois. Ça claque hein ?

Dans un vrai stade avec plus de 800 personnes dedans : Toulon - Racing Club de France en 1987 au Parc des Princes, la finale du chapionnat de rugby.

(A propos, si quelqu'un a des places pour le France - Ecosse du 14 février du tournoi des VI nations, il sera mon ami pour la vie).

 

Premier Match à la TV :


Certainement le tournoi des V nations justement, dans les années 85-86.

Avec la bande de potes paternelle. Souvenirs : des barbes fournies, des volutes de gauloises et des étiquettes jaunes de 33 export.


Premier Film au Cinéma :


1981, j'ai 5 ans, mes parents m'emmènent voir la Guerre du Feu.

Oui, mes parents et leur bande de barbus déjà mentionnés ci-dessus étaient un peu bizarres, tendance hippies sur le retour. Je me souviens avoir été troublé par la scène où le monsieur-singe traine la madame-singe par les cheveux vers la rivière pour lui faire zog-zog.



Premier Concert :


1992, je ne fais pas les choses à moitié : Dire Straits au Parc Lescure de Bordeaux.

C'était mon groupe de l'époque. Les autres "se mettaient à Nirvana", moi j'écoutais Dire Straits, Led Zeppelin et du blues du Delta des années 20. Et j'étais associal.


Premier eBook :


J'ai que des BD de cul en e-book, j'arrive pas à lire autre chose sur un écran, les zibouks c'est tout pourri.

La première, je sais pas... Druuna peut-être.


Premier Pas sur internet :


1998 ou 1999, chez un pote. J'avais trouvé ça un peu naze et sans intérêt, à l'époque. Ahahah.


Premier Livre lu :


Hormis livres de contes, collection rose/verte et tout ça, le premier dont je me souvienne est la biographie de Jean-Luc Lahaye (ça s'appelle Cent familles, et en 1985 j'avais 9 ans), et je vous jure que c'est vrai, et je vous emmerde tous.


null


Premier Film vu en VHS :

 

Ah ben oui mais non, aucune idée, évidemment.


Premier Téléphone portable :


 Vers 1999 je pense, un Alcatel Ola 101, et c'est rigolo, parce que j'ai toujours mon forfait "Ola Etudiant" que je paie une misère.



Voilà, admettez que c'était tout à fait fascinant, et je taggue Fidel Castro, Frank Adamo, Joël Bats et Benoit XVI.



 

 

Repost 0
Published by Elienai - dans Il murmure
commenter cet article
4 novembre 2008 2 04 /11 /novembre /2008 20:38

Ça ne va pas du tout. 

Ma femme se fait draguer sur Facebook.

Ça, c'est plutôt normal, étant donné que c'est la plus belle.

Ce qui n'est pas normal, c'est que j'attends un niveau de drague en rapport avec la qualité de la marchandise.

On ne drague pas ma femme comme on drague une minette de 15 ans sur un skiblog, bordel, vous vous croyez où là ?


Oui, Philippe, c'est à toi que je parle. On est du genre à tout se raconter tu sais, entre autre, et surtout, nos plans dragues merdiques.

Je vais donc te rendre service, et on va reprendre point par point, parce que là ça va pas du tout.


Statut de Galliane sur facebook :

Gallïane Murmure se dit que montrer des culs fait grimper ses stats et qu'elle devrait le faire plus souvent

 

Philippe : tu as un beau visage deja dc bon [C'est quoi cette entrée en matière pourrie ??? Bonjour, enchanté, je m'appelle Philippe, non, ça te dit rien ?]

Gallïane : merci, c'est gentil...

Philippe : c vrai surtout

Gallïane : mais bon, c'est en rapport avec la mosaïque de gens à poil qu'l y a sur mon blog que je dis ça

Philippe : et c tes fesses que l on voit en photo oci? [Là ça se voit tout de suite que tu as la fringale, et parler du cul d'une fille dès la 3ème phrase compromet drastiquement les chances de la tringler]

Gallïane : aussi

Philippe : Je px te proposer qq chose? [Alors déjà un mec ça a des couilles, ça propose, ça demande pas la permission]

Gallïane : c'est à dire ?

Philippe : je px ou pas? [Là tu confonds délicatesse et niaiserie, Philippe]

Gallïane : tu peux toujours essayer

Philippe : UN diner avec moi [AH AH]

Gallïane : hmmm... on ne se connait pas, je ne suis pas célibataire, ça me parait compromis

Philippe : je te déplais tant que ça? [Règle Numbeur Ouane : tenter de se faire apitoyer sur son sort fait tomber les chances de tringler à zéro, tu cherches une meuf à niquer, pas une maman pour te consoler]

Gallïane : la question n'est pas là

Philippe : si je te plais tu acceptes [Là y'a une sorte de défi, genre allez soyons fous on est jeunes, on a rien à perdre. Dans l'idée c'est bien joué mais concrètement, tu t'y prends tellement mal que c'est pourri]

Gallïane : ce n'est vraiment pas le problème mais 1/ j'habite pas à Paris 2/ j'ai un mec 3/ des enfants 4/ je suis fidèle

Philippe : oki oui mais [Alors là normalement c'est le moment où tu dis "d'accord au temps pour moi, désolé de t'avoir importuné et passe une bonne journée"]

Gallïane : donc, tu pourrais tout à fait me plaire, mais tu vois bien que c'est impossible

Philippe : rien ne l est pr moi tu c [Tu sors le grand jeu, je respecte, c'est courageux, on sent qu'il va se passer quelque chose]

Gallïane : non mais insiste pas, je ne suis pas libre, j'aime mon mec, je veux bien avoir des amis, mais pas tromper mon mec

Philippe : oki fais lamour avec moi et tu verras [Là, Philippe, tu me bluffes. Je suis pas né de la dernière pluie niveau drague, mais j'avais jamais pensé à cet argument. Sortir "oki fais lamour avec moi et tu verras" à une fille qui te dit en gros "sans vouloir t'offenser, lâche moi un peu, là", c'est du grand art. Combien t'ont dit "ah oui ok à la réflexion, pourquoi pas", par curiosité ?]

Gallïane : ah mais non merci ! lol quoi !

Philippe : lol quoi quoi [Ah non en fait tu es juste idiot]

Gallïane : ben t'es drôle toi, tu doutes de rien ! tu crois que coucher avec toi pourrait me faire quitter homme et enfants... c'est rudement culotté !

Philippe : non mais tu aurais plus de plaisir que tu ne le crois [Philippe, tu es gentil, mais tu as 23 ans, tu ne vas pas faire découvrir la vie à une nana de 30 balais qui a de la bouteille, avec tout le respect que je lui dois]

Gallïane : Alors toi, t'es mythique, tu doutes de rien ! Tu sais, je vis déjà avec un Dieu du sexe, pas sûre que tu sois à sa hauteur... et encore moins à la mienne !

Philippe : oh que si mon ange [Euh... "mon ange", c'est bien pour débarder .~°titemissdu93°~. sur les skiblog, pas une femme dans la fleur de l'âge]

Gallïane : non mais, en plus, t'es plus jeune que moi, moi j'aime les vieux mon petit !

Philippe : oui et alors [Ah oui là y'a de l'argument, on sent que la nana va craquer devant tant de répartie]

Gallïane : et tu as dû mal lire : je vis avec un DIEU du SEXE [NDLR : C'est moi]

Philippe : tu es ou [Oui, change de sujet, il vaut mieux, parce que là normalement c'est le moment où tu es humilié]

Gallïane : en province profonde

Philippe : c a dire [Ah oui, j'ai oublié de te dire : l'écriture sms et les fautes d'orthographe, c'est pas sexy]

Gallïane : je ne dis pas où j'habite

Philippe : ba pkoi [Comment avoir l'air du benêt du village en deux mots]

Gallïane : pour éviter que des boulets comme toi finissent par baver sur mon paillasson

Philippe : les boulets de quoi [Euh... non, de rien. Tu es brave, Philippe]

Gallïane : ben les morts de faim pathétiques de ton genre

Philippe : je temmerde moi [On suppose qu'il s'agissait d'une question, mais sans ponctuation il est difficile de le deviner]

Gallïane : ben tu m'emmerdes pas, tu es juste pathétique à vouloir coucher avec moi alors que je te dis non...


Et là, Philippe s'est tû.

Dans ces cas-là, il y a deux options :

    - soit le mec se fait insultant (genre : "sale pute va niké ta reum jtencule salope"), il s'agit en quelque sorte du rugissement de l'homme des cavernes frustré du slip ;

    - soit le mec disparait sans sommations, après avoir pris conscience qu'il a dû, un peu quelque part, passer pour une burne.

Je me demande sur 100 filles abordées de la sorte dans la journée, combien finissent dans son pieu. En tout cas mon petit Philippe, j'espère que tu es meilleur comédien que dragueur.



Ami lecteur, j'ai un autre spécimen à te présenter. Il m'est sympathique, je préserverai donc son anonymat. Appelons-le Denis, puisque c'est son prénom.


Denis, je pense que tu as compris que tu ne baiserais jamais avec ma femme, mais c'est plus fort que toi, tu tentes un peu, quand même, l'air de rien.

Nt nt nt ne me dis pas le contraire, aies le courage de tes plans dragouille.

Sauf que tu t'y prends comme un manche.


Raconter tous ses plans cul en long, en large et en travers, ça n'excite pas sa prétendante. Enfin certaines peut-être, mais la commune des mortelles, non.

Expliquer avec force détails comment avant-hier tu t'es tapée 5 nanas dans une boite à partouze et comment hier ,tu as fini une soirée par un bukkake à 7 mecs sur une meuf... d'une tu passes pour un mytho (et je dis bien "tu passes", pas "tu es", non merci je ne veux pas de preuves en photo), de deux ça fait pas chauffer les ovaires de ma donzelle, loin s'en faut.


Je vais être sympa, je vas résumer pour vous, Philippe et Denis, les deux archétypes de dragueurs qui ont un taux de réussite sexuelle notable.



Nous avons d'abord le charmeur, le vrai, celui qui fait tourner la tête avec les mots, celui au sourire ravageur et à l'oeil qui pue le cul, à la voix grave et posée et à la culture riche sans être m'as-tu-vu. Celui qui est capable de t'expliquer posément pourquoi Stavroguine représente l'essence du romantisme tout en te lançant des regards qui disent "toi ce soir je te promets une nuit de sexe dont tu te souviendras longtemps".

Bon ok, c'est pas donné au premier péquin venu.


Je te propose donc le plan B, d'une efficacité tout aussi redoutable : le mystérieux inconnu ténébreux.

Tu te pares de ton regard le plus noir, tu t'assieds à l'écart de la foule, dans un coin, avec un air un peu hautain, genre "moi je ne me mélange pas à la plèbe", tu ignores ton monde en faisant style je réfléchis à des trucs trop importants. Tu ne manqueras pas d'accrocher le regard de ta proie, tu te dirigeras vers elle, tu lui glisseras un "mon dieu quelle beauté renversante", ni plus ni moins, et tu disparaitras dans un autre coin sombre.

Une chance sur deux qu'elle devient berserk et te saute à la braguette si tu gères bien ton petit jeu.

Bon ok, c'est difficilement applicable sur facebook.


 

Oh et puis merde, démerdez-vous...

je vais pas non plus draguer ma femme à votre place.


Repost 0
Published by Elienai - dans Il murmure
commenter cet article

A l'Ombre des Murmures


facebookflickr twitter flickr_32.png

gmail_32.png

lesmurmures(at)gmail(point)com


 

Suivez-moi sur Hellocoton

Rechercher

Les Mosaïques des Murmures

 Body Whispers


pinup.jpg

PageRank Actuel

 

Mon Grenier