Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 16:07

yama-1.jpgIl y a un peu plus de dix ans, sur les forums Allociné, un groupe de personnes totalement passionnées par le livre de J.R.R. Tolkien et dans l'attente de découvrir son adaptation cinématographique observaient des débats passionnées et fantasmaient sur ce qui allait devenir un film mythique.

 

Il y a plus de dix ans, sortait le premier film de ce qui devint la fabuleuse trilogie du Seigneur des Anneaux de Peter Jackson.

 

Il y a une dizaine d'année, je rencontrais par l'intermédiaire de ce forum, des personnes avec qui j'allais vivre une aventure extraordinaire, mais également celui qui allait devenir le père de mes enfants.

 

Il y a près de dix ans, ce petit groupe fondait son propre forum voué à la discussion toujours autour de Tolkien, mais surtout autour des points communs qui s'étaient dessinés entre ces personnes : littérature, cinéma, musique, BD, etc... Isengard voyait le jour sous l'impulsion de notre Gourou.

 

Nous étions une quinzaine, nous étions jeunes et fous, nous avions des idées plein la tête, de l'imagination à revendre et de la motivation. Nous organisions des week end où nous nous retrouvions tous ensemble, à boire des bières et discuter, jouer, s'amuser... lorsque nous avons eu l'idée folle de parodier le film qui nous avait permis de nous rencontrer.

Un projet colossal pour le groupe d'amateurs que nous étions. Certes, trois d'entre nous maîtrisaient un peu le monde du cinéma, entre une étudiante rélisatrice à l'ESRA, un futur monteur et un comédien en herbe, nous avions des bases. Mais nous avions l'ambition de faire les choses bien et de produire un court-métrage dont nous serions fiers.

 

Huit ans plus tard, le projet est enfin terminé.

yama-2.jpg


Huit ans. Oui, il nous aura fallu huit ans. Les aléas de la vie s'étant mélés au projet, le film n'est jamais sorti dans les temps impartis. C'est ainsi. Mais ne regrettons rien, car le résultat - certes bourré de défauts mais nous étions jeunes et sans expérience alors je demanderai votre indulgence - est à la hauteur de ce que nous avions entrepris.

Car oui, nous avions entrepris un véritable projet de réalisation : un an à mettre de l'argent de côté pour obtenir un budget capable de couvrir les frais engendrés par la location du gîte, du matériel, acheter de quoi faire les costumes, les maquillages, les armes, les décors... Sans compter le temps passé à bosser le scénario, les dialogues, le repérage, puis le montage, la post-prod, etc.

Chacun d'entre nous s'était vu attribué un rôle à la fois en tant qu'acteur mais aussi et surtout dans l'équipe technique : nous étions cadreur et ingénieur du son, nous étions costumière et maquilleuse/coiffeuse, nous étions décorateur et maître d'armes, nous étions cascadeurs, scripte, éclairagiste, cantinière, attaché de presse... Nous étions polyvalents.

Durant  l'été 2004, nous avons passé dix jours à tourner le film au fin fond de notre Auvergne adorée, qui nous prêtait le meilleur décor pour rejouer l'histoire de la Terre du Milieu. Dix jours de folie à tourner du lever du jour à la tombée de la nuit, à dérusher le soir, à préparer costumes et décors pour le lendemain, à un rythme effréné et sous les contraintes météorologiques. Dix jours incroyables, insensés, dont nous ne sommes pas tous repartis indemmes.

Puis des problèmes personnels et conflictuels ont ralenti la suite du projet. La vie professionnelle a repris également son cours, nous privant de temps. La vie de chacun avait priorité. Le montage a pris un temps considérable, nous pensions qu'il ne prendrait jamais fin... L'écriture de la musique du film a été abandonnée... Mais le projet était toujours là, dans un coin de nos têtes, de nos coeurs.

 

Je vous présente donc aujourd'hui "Yama ! Y'a t-il un nobbit pour sauver l'anneau ?" qui, je l'espère, vous fera sourire.

 

Yama, y'a-t-il un Nobbit pour sauver l'anneau ? - PART 01 from Iprod Yama

 

Yama, y'a-t-il un Nobbit pour sauver l'anneau ? - PART 02 from Iprod Yama

 

Yama, y'a-t-il un Nobbit pour sauver l'anneau ? - PART 03 from Iprod Yama

 

Découvrez les photos du tournage sur la page FB, où nous étions jeunes et beaux (surtout moins gros), lisez l'à propos de la page qui résume parfaitement l'aventure que nous avons vécu, n'hésitez pas à liker et commenter, nous serons heureux de voir vos réactions. Nous espérons que vous prendrez autant de plaisir à regarder Yama que nous en avons eu à le produire !

 

Et que la fête commence ! 

 

La page Facebook Yama ! Y'a t-il un nobbit pour sauver l'anneau ?

Le film en trois parties sur notre chaine Vimeo YamaProd


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Gallïane - dans Les Fonds de Tiroirs
commenter cet article
19 janvier 2009 1 19 /01 /janvier /2009 20:53

Dans le billet précédent, j'évoquais vaguement mon goût pour le catch.


Rey Mysterio... et sa magnifique cagoule !


Oui parfaitement, j'aime le catch.


Ça peut paraître un peu bizarre, voire complètement idiot, parce que d'un, on ne peut pas dire qu'à la base, je sois fan de sport ; et de deux, le catch, c'est vraiment l'un des sports les plus crétins qui soit, si on le classe dans les sports d'ailleurs !

De gros balèzes bodybuildés, dopés aux hormones et passés aux UV qu'on dirait qu'ils sortent du grille-pain, qui s'affrontent dans des simulacres de combat où les coups sont portés à environ 30 cm de l'adversaire, où l'on voit jamais une goutte de sang... ça s'apparente plus à un spectacle grand-guignolesque qu'à un combat glorieux... mais en terme de divertissement moisi, on n'a pas vu mieux !


Le catch, c'est vraiment le show méga-populaire de la plèbe, le truc poucrave par excellence, qui requiert un QI de bulot mort et un sens de la comédie très développé.


Triple H... Yeah !


Et moi j'adore !


J'adore la présentation des protagonistes, leur entrée sur scène, toujours parfaitement orchestrée, grandiloquente à souhait...

J'adore les costumes des catcheurs, d'un bon goût de qualité, d'une classe folle et d'un charme fou.

J'adore les palabres avant/après match, d'une intensité intellectuelle tellement élevée qu'on voit leur intelligence brillait dans leur oeil bovin.

J'adore les regards noirs que se jettent les adversaires, d'un air si mauvais, si "méchant" qu'on croirait qu'ils vont finir dans un bain de sang. (au moins)

J'adore les combats qui durent 5 min montre en main, avec trois retournés en souplesse arrière, cinq sauts depuis la 3ème corde, quatre prises de bras, deux étranglements, six sorties de ring, un arbitre malmené et une foule de beaufs américains hystériques imbibés de Budweiser.


Evidemment, j'aime aussi le catch féminin : des nanas à moitié dénudées dans des costumes en latex qui se crèpe le chignon, c'est juste fantastique !

Sans compter sur leurs improbables airbags en silicone fort appréciables pour se protéger des coups et rudement esthétiques.

Mélina : oh oui, arrache moi la touffe... de cheveux !


Décidement, le catch, c'est formidable !


Même pas besoin d'utiliser ses neurones, suffit de se vautrer sur son canapé devant la télé, un paquet de chips et une bière à la main.


En fait, ce que j'adore dans le catch, c'est que ça me rappelle mon enfance.

Je suis la fille de Hulk Hogan.

Nan, j'déconne.... mais Hulk Hogan m'a pratiquement élevé.


Hulk, t'as trop la classe mec !


Tout du moins, tous les samedis soirs entre mes 10 et 13 ans.


A l'époque, mes parents et leurs bandes de potes se retrouvaient tous les samedis soirs pour des apéros "prolongés" et pendant que les parents buvaient, les enfants trinquaient mattaient la télé.

Et qu'est-ce qu'on regardait ?


Des barracudas en cyclistes moulants fluos qui se foutaient sur la gueule !


Je me souviens avec nostalgie à quel points nous nous amusions ces soirs-là.

Pour nous, ces mecs étaient un peu des super-héros, avec leur costumes bariolés et leur pectoraux et biceps surdimensionnés, c'était un peu nos X-Men du samedi soir !


The Undertaker... ce mec fait peur (ou pas).


Alors aujourd'hui, quand je tombe sur le catch, ben j'arrive pas à en décoler, je retrouve mes dix ans et je regarde le show en m'amusant follement devant tant de crétinerie (la leur et la mienne).


Et puis d'abord, j'fais qu'est-ce que j'veux !       

 


Repost 0
Published by Gallïane - dans Les Fonds de Tiroirs
commenter cet article
19 novembre 2008 3 19 /11 /novembre /2008 23:02

Tu t'emmerdes aujourd'hui ?


Tu te fais chier au boulot ?


Tu es fonctionnaire et tu fais grève ?

Ou les fonctionnaires te font chier de faire grève ?


Amuse toi à te faire une gueule de manga, ça t'occupera !


Ça se passe sur FaceYourManga.com et c'est drôlement rigolo...



Tiens qu'à qu'à voir ma tronche dessinée :

Tu vois un peu comme c'est trop ressemblant ?!




Sinon, demain...
 je te raconte l'anniversaire surprise de Jessica Rabbit !



Repost 0
Published by Gallïane - dans Les Fonds de Tiroirs
commenter cet article
29 août 2008 5 29 /08 /août /2008 10:00
Aujourd'hui, une fois n'est pas coutume, c'est revue de presse chez les Murmures.


Parfois, notamment l'été, on tombe sur des articles exceptionnels dans les journaux.

Il faut savoir que souvent, ce sont les journaleux eux-mêmes qui affabulent et inventent des histoires pour remplir leur quotidien pendant la période estivale. C'est un phénomène assez connu et répandu. Du moins dans les petits journaux locaux.

Mais tout de même, la plupart du temps, les faits divers racontés sont véridiques... ça vaut son pesant de cahouètes !

Les gens sont merveilleux, j'aime les gens !



Florilège et petite sélection rien que pour vous :



Quand on est con, on est con !





Il y a des mystères digne d'un roman d'Agatha Christie !





Il y a des situations où le ridicule peut tuer !





Sans oublier les fameuses coquilles
qui donnent toujours lieu à des textes improbables !









Aahhhh, j'm'en lasse pas !

Repost 0
Published by Gallïane - dans Les Fonds de Tiroirs
commenter cet article
8 juillet 2008 2 08 /07 /juillet /2008 21:09
L'autre soir, j'étais vautrée nonchalement sur la méridienne de mon canapé, façon Cléopâtre - mais sans l'éphèbe en pagne et la branche de palmier pour me faire de l'air... et ça, c'est bien dommage  -  et je zappais !

Et je suis tombée sur Virgin 17 et un émission qui s'appelle Club 90 : rien que le nom, ça vous pose le décor !

Alors le principe, c'est de nous ressortir du placard les clips des plus grands hits des années 90... et là, ce fut la consternation !

Bordel à queue de bouc !

Est-ce que j'ai aussi mal vieilli que la musique de mon adolescence me suis-je dit !


Le son inimitable que celui des années 90 avec la fameuse boite à rythme, du beat en veux-tu en voilà, des textes hautement spirituels, des clips aux scénarios toujours à la pointe de la technologie. Sans parler de la mode de l'époque, colorée et courte, du maquillage distingué, des bijoux discrets... que du bon goût quoi !

Ne me sentant plus de joie, je me suis dit que vous seriez heureux vous aussi de redécouvrir toutes ces fabuleuses chansons. Je vous ai donc préparé un petit florilège des titres que j'écoutais à l'époque sur le ghetto-blaster d'un de mes voisins, quand je trainais sur le trottoir devant chez moi avec la bande copains :




Non, ne me remerciez pas, c'est pure générosité !


Je vous avoue que j'ai eu mon petit moment d'émotion en me remémorant mes premiers pas de danse dans les mondanités familiales. Lors des diverses communions et mariages de l'époque, avec ma cousine, nous dansions le break dance et même qu'on avait l'air de grosses couilles, moulées dans nos cyclistes noirs mais noyées dans nos tee-shirts Waïkiki XXL et chaussées de nos basket montantes Nike à lacets fluo.


Pour la coiffure, je m'inspirais largement de Rozline Clarke :


Bon sauf que moi, j'étais pas blonde, faut pas déconner hein !


Aaaahh ! La grande époque du "gauffrage" de cheveux, à s'en faire crâmer la chevelure.
Que de soirées passées à se natter les cheveux entre copines lors des pyjamas party, tout en écoutant le dernier New Kids on The Block, en attendant d'aller danser à la prochaine boum et de rouler notre première pelle !


C'est le bon temps, celui de l'insouscience...
J'étais cool.. la preuve : le ridicule ne m'a pas tué !

Repost 0
Published by Gallïane - dans Les Fonds de Tiroirs
commenter cet article
4 avril 2008 5 04 /04 /avril /2008 19:02

Tout est dans le titre.

Ou presque.

Non, ça n'a aucun rapport avec le sexe, bande de petits pervers vicieux.
Je vois pas bien ce que vous ne sauriez pas concernant ma sexualité.

En revanche, ce que vous ne savez pas - et là c'est THE révélation - c'est que jeune fille, j'aurais voulu chanter.

En fait, ce coming out, vous le devez à Spike, cette counnasse dont le dernier billet parle de la Nouvelle Star, de concours et autres castings. Et j'ai rien trouvé de mieux que de révéler dans mon commentaire chez elle que j'avais moi-même participé à l'un des castings d'une émission de télé.


Oui, Mesdames, Messieurs, j'ai fait le casting de :


Donc voilà, j'étais jeune et con, j'écoutais Saez, je fumais des Peter Stuyvesant mentholée et je buvais du Passoa.

Je chantais, telle Cindy Sanders, devant mon miroir imaginant mes milliers de fans en furie, ma brosse à cheveux dans une main, l'autre me servant à replacer toutes les 2 secondes ma mèche qui me tombait dans les yeux.

C'était la 1ère édition de Popstars. Moi, j'étais vraiment conne à cette époque. C'est pour dire je venais de me marier (oué à 20 ans - quand je vous dit que j'étais conne !). Bon, depuis j'ai grandi : j'ai divorcé.
Donc, parce qu'il y avait Pop devant Star, je m'étais dit qu'on devait chanter de la pop, voir même du rock, et comme c'était mon truc ben que je devais pas hésiter ! Des fois que... On sait jamais.

Je suis montée à Paris comme une grande, me suis présentée au Club Med World (déjà ça te donne le niveau du truc !) et j'ai attendu 4 heures dans un hall qu'on aurait dit un élévage de grues écervelées :

  • 4 heures à se farcir les délires de poules sans cervelles qui rêvaient déjà de  se voir en haut de l'affiche alors qu'elles ne dépassaient pas le ras de mes chiottes.

  • 4 heures de braillages intempestifs de dindes tentant de s'égosiller sur du Céline Dion - méthode très astucieuse pour se débarrasser des autres candidates en tentant de les rendre sourdes.

  • 4 heures à ma taper les conseils d'une esthéticienne en mal de clientes, qui se donnait un mal de chien à relooker la moitié de la salle, à grands coups de conseils plus désopilants les uns que les autres, appliquant avec une grande dextérité parkinsonnienne mascara, blush et rouge à lèvre rose fuschia.

  • 4 heures enfin à supporter les infâmes daubasses de R'n'B qu'une candidate nous mettais à fond les ballons dans les esgourdes - certainement une autre technique pour faire fuir les concurrentes, les poussant au delà des limites du supportable, voire au suicide.


J'vous jure qu'au bout de 4 heures, j'étais lobotomisée...

Au termes de ce supplice, me v'là devant deux types avec 5 autres pintades de bel accabit.
Je passe en deuxième malgré mon envie de fuir, parce qu'après ces heures de calvaire et vu le niveau, j'avais plus vraiment envie de pousser la chansonnette, mais je suis gentille alors je m'exécute.

Hésitation entre "Zombie" des Cranberries et "Ironic" d'Alanis Morissette : j'opte pour la deuxième.
C'est de circonstance, me dis-je.
L'un des deux mecs a levé vaguement un sourcil et l'autre s'est curé le nez : ok, si je vous emmerde, vous les dites les gars !
Fin de la prestation. Next !

A la fin de la ligne, ils ont demandé aux pintades de sortir sauf Bibi et une autre gourdasse blondasse.
Ils me disent : "chérie, tu peux nous en refaire une en français please, genre mélo machin tu vois quoi, un truc avec de la voix qui trémolote et tout, de l'émotion qui émotionne toussa quoi ?!!"

Euuuhh...qu'j'leur ai fait avec des yeux de lémurien constipé.

Je crois que c'est là le moment où je paye la honte de ma vie sur ce blog, mais comme j'ai décidé de tout vous dire, j'avoue : j'ai chanté du LARA FABIAN. Même pas honte.
"Je t'appartiens", un titre à la con, mais moins que la moyenne.
Me demandez pas comment je connaissais cette chanson, ça serait trop long.


Bref, je chante ma soupe de merde, ils sont contents.
Ils me disent ok, on vous prend, à demain pour la danse.


         -
LA DANSE ?????


            - "Ben oué, la danse quoi.
                Avec Mya Frye."


            - Mya quoi ?

            - "Ben oué Cocotte, c'est Popstar quoi, tu vas être chorégraphiée par la grande Mya Frye."

            - Mya Frye, celle qui danse pour les clips de l'été de TiFouane ?

            - "Celle là même, la grande, la sublime, la...



C'en fut trop pour moi...


Me suis cassée...








EDIT : Je précise qu'il s'agissait de la première édition de cette daube (celle des L5 - pas des Quadrimachin !), qu'on ne connaissait donc pas en quoi cela consistait...et que par conséquent, j'y suis allée dans le flou le plus total et que si j'avais su, j'aurai pas venu !


Repost 0
Published by Gallïane - dans Les Fonds de Tiroirs
commenter cet article
29 janvier 2008 2 29 /01 /janvier /2008 23:53

Petit intermède dans le récit épique de mon week end parisien


~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Parce que ma copine Little Deawoo se demande à quoi on pouvait ressembler quand on était môme,
voilà ma bouille de fripouille quand j'étais petite...


undefined


De quoi te remonter le morale ma Lulu !


 



Repost 0
Published by Gallïane - dans Les Fonds de Tiroirs
commenter cet article
17 mai 2006 3 17 /05 /mai /2006 09:23

S’il est un être des plus gracieux
Sage mais aussi facétieux
Un être représentant beauté
Douceur, chaleur et volupté
Ce ne peut être que toi, mon chat

Ce ne peut être que toi, mon chat
Qui me regarde avec tes yeux
D’un vert subtil et bien curieux
Et qui s’expriment sans parler
Sans même t’entendre miauler

Quel bonheur de te regarder, lovée
Dans mon pull plein de poils
Te voir partir et m’ignorer
Epiant dehors sous les voiles
Ce ne peut être que toi, mon chat

Ce ne peut être que toi, mon chat
Qui part minauder l’air de rien
Au nez des marauds et des chiens
Qui joue de la patte et des crocs
Avec oiseaux, souris et mulots

Avec ta sensibilité
Et ce sourire un peu niais
Lorsque tu deviens sournoise
Et adorable, tu pavoises
Ce ne peut être que toi, mon chat

Ce ne peut être que toi, mon chat
Qui me comprend à demi mot
Pas besoin de prêcher le faux
Les yeux clos, la bouche fermée
J’entends ton cœur, un son léger

Ma douce et mon être aimé,
Envoûtante félinité
A l’esprit vif et lancinant
Qui fait de toi un être charmant,
Ce ne peut être que toi, mon chat…



~ écrit le 30 juillet 2002 ~




Repost 0
24 avril 2006 1 24 /04 /avril /2006 16:42

Nuit...

Les doutes assombrissent ma pensée
Mon coeur alourdi se sent oppréssé
Ma vie entière s'en voit bouleversée
Je n'ai plus que des larmes à verser

Le chaos dans ma tête me saoûle
Mes sentiments s'empressent tel la foule
J'avance dans ce trouble et je coule
Malmenée bien plus que par la houle

Et lasse, jetée par dessus un puit
Je tombe dans les affres de mes nuits
Où règne l'insomnie qui me poursuit
Si près de cette torpeur que je fuis

Quand vient enfin le jour et mon sommeil
Je m'arrache à ce levant vermeil
Je sais que mon coeur reste en éveil
Je ne peux dormir sur mes deux oreilles

- Ecrit le 25 novembre 2002 -

Repost 0

A l'Ombre des Murmures


facebookflickr twitter flickr_32.png

gmail_32.png

lesmurmures(at)gmail(point)com


 

Suivez-moi sur Hellocoton

Rechercher

Les Mosaïques des Murmures

 Body Whispers


pinup.jpg

PageRank Actuel

 

Mon Grenier